Archives pour la catégorie Alternatives aux nucléaires

Retrouvez ici ce qui concerne les alternatives aux nucléaires

eolien-marin

Eoliennes en mer des deux côtes, un projet en proie à l’opposition résolue du lobby nucléaire

Les débats récents au sein de l’Agence Française pour la biodiversité sur le projet de parc éolien Dieppe – Tréport prouvent que décidément en France le développement des énergies marines renouvelables est difficile. L’exemple du Tréport est probablement le plus emblématique donnant à voir des obstructions qui n’ont cessé de se renouveler depuis une décennie pour bloquer le développement des parcs éoliens en mer. Opposition si résolue qu’aucuns parcs n’est aujourd’hui en activité. 

Cette situation inacceptable montre clairement comment les adversaires de la transition énergétique agissent pour enchainer la France à l’atome n’hésitant pas à se draper d’une vertu environnementaliste qui n’a rien d’écologiste.

Lire la suite

Eolien en Mer : STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs dit oui

Le 6 octobre 2016, à l’Initiative d’une dizaine d’associations, d’entreprises et de personnalités normandes, naissait le Mouvement des Acteurs pour l’éolien en mer visant à soutenir la création des trois parcs normands, au large de Courseulles-sur-Mer (14), de Fécamp (76) et de Dieppe Le Tréport (76).

Un an plus tard, nous sommes heureux de vous inviter à rejoindre le mouvement et à  défendre, ensemble, le développement de la filière éolienne en mer ».

L’arrivée de l’éolien en Mer est une immense opportunité pour notre région, tant sur le plan environnemental que sur le plan économique et social.

éolien en merNotre slogan sera donc « Eolien en mer, la Normandie dit OUI ! « 

Ne manquons pas cette occasion unique d’incarner la transition énergétique et de contribuer concrètement à la lutte contre le changement climatique

avec nous participez à cette cyberaction

https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/eolienenmer-lanormandieditoui-1899.html

Rendez-vous Jeudi soir à Rouen à l’occasion du débat public sur le projet de parc éolien en mer Dieppe – Le Tréport

Jeudi soir prochain se tiendra à Rouen la séance du débat public sur le projet de parc éolien en mer de Dieppe-Le Tréport, de 19 h à 22 h, à La Halle-aux-toiles. Sera abordée la question de la « filière industrielle de l’éolien en mer ». De nombreuses questions sur les retombées en termes d’emplois, posées lors de nos précédentes rencontres et notamment lors de la conférence du 21 mai, seront abordées ici.

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs invite tou(te)s ses sympathisant(e)s et adhérent(e)s à participer à cette séance du débat public. Ce sera l’occasion d’affirmer notre soutien critique au projet et d’inviter tous les acteurs de la filière éolienne offshore à prendre la mesure des défis énergétiques et climatiques contemporains. Le développement de l’éolien en mer est une opportunité pour mener à son terme la transition énergétique si tant est que le maître d’ouvrage assument pleinement les trois missions qui lui reviennent : concevoir un projet exemplaire sur le plan environnemental, favoriser la reconversion industrielle du littoral de la Manche et soutenir un nouveau modèle énergétique qui associe efficacité et sobriété.

Nous distribuerons à cette occasion ce tract :

et voici le tract distribué à Saint-Martin-en-Campagne, le 21 mai dernier :

Première Contribution du Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs au débat public sur le projet de Parc éolien en mer Dieppe-Le Tréport

Un soutien critique au projet de parc éolien en mer au large du Tréport

Aucun parc éolien n’est en activité à ce jour sur le littoral français[1]. Si la volonté de développer l’éolien en mer existe, elle est à la fois tardive et insuffisante. Le plan national de développement des énergies renouvelables prévoit l’installation d’une puissance éolienne globale de 25 GW d’ici à 2020 dont 6 GW offshore[2]. Si 30 GW pourraient être installés à en croire l’ADEME sur le littoral français, le premier Appel d’offre de 2011 n’a porté que sur 3 GW et seulement 5 zones (Saint-Nazaire, Saint-Brieuc, Courseules-sur-Mer, Fécamp, Le Tréport). Un second appel d’offre a suivi en avril 2012 afin de réaliser les 6 GW annoncés. A l’heure où la déplétion pétrolière et le réchauffement climatique nous imposent des choix audacieux, le développement de l’éolien offshore est bridé. La France compte-elle ainsi rattraper son retard sur ses voisins européens[3] ?

Si les ambitions portées par l’Etat sont décevantes du stricte point de vue énergétique, les modalités de développement de l’éolien en mer le sont tout autant. Les appels d’offre de la Commission de régulation de l’énergie ont priorisé les aspects industriels et économiques et non l’excellence environnementale des projets[4]. Le respect de la mer et des usagers ne représente que 20 % de la note finale…

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs déplore ce choix de l’Etat qui a contribué à écarter le projet porté par Jean-Michel Germa et la Compagnie du Vent. Le développement de l’éolien en mer ne peut se faire au rabais. Il n’est plus question à l’aube du XXIe siècle de concevoir des grands projets sans viser l’excellence environnementale. L’impact sur le milieu des chantiers comme de l’exploitation doit être la plus faible possible.

Parce qu’il ne saurait y avoir de transition énergétique sans transition écologique, nous attendons du maitre d’ouvrage qu’il garantisse l’exemplarité environnementale du projet de parc éolien en mer Dieppe-Le Tréport. Exemplarité de la réalisation mais aussi des usages de l’énergie qui sera produite ici sur le littoral haut-normand et picard. Le scénario de développement d’un parc éolien offshore n’est acceptable d’un point de vue macro écologique que si l’objectif est aussi la réduction des consommations électriques (et des consommations d’énergie) et du risque technologique du nucléaire. Plus globalement, avec la déplétion pétrolière et des matières premières, un parc éolien doit s’inscrire dans une politique durable de réduction de notre empreinte écologique.

Le développement d’un parc éolien offshore n’est acceptable d’un point de vue écologique que si l’objectif est aussi la réduction des consommations d’énergie et du risque technologique du nucléaire. Un parc éolien doit s’inscrire dans une politique durable de réduction de notre empreinte écologique. Son exploitation ne peut être justifiée que si elle entraine l’arrêt de tranches nucléaires proportionnellement au service énergétique apporté par les nouvelles énergies marines mises en œuvre.

Lire la suite