Hervé Morin dit tout haut ce que EDF pense tout bas…

Le président de la Région Normandie s’est rendu le vendredi 15 septembre sur le chantier EPR de Flamanville dans la Manche. Son intention était claire :  exprimez la volonté de la Région d’accueillir un second Chantier EPR…

EDF s’est bien évidemment félicité de la prise de position de l’ancien ministre de la défense qui n’a jamais caché son amour pour l’atome. Les autres élu(e)s présent(e)s ont repris en chœur la petite ritournelle de l’emploi… ignorant manifestement les aléas du chantier EPR.

EDF a trouvé un nouveau porte-parole

Les réactions n’ont pas tardées. Et d’aucuns ont relevé le caractère anachronique de la déclaration de ce Président de Région réputé pour sa maîtrise des dossiers…

Morin flamanville

La chose est probablement plus sérieuse qu’il n’y parait et cela pour deux raisons principales :

  1. Lors du débat public sur le projet de réacteur EPR à Flamanville, EDF n’a jamais caché son intention de construire là une tête de série… annonçant la construction d’un second réacteur en 2020 :
  2. Le projet Penly 3 n’est en aucun cas annulé mais seulement suspendu… en tout cas c’est ce que ne cesse de répéter à la moindre occasion l’opérateur énergétique de l’Etat .

Hervé Morin n’a fait que reprendre cette petite mélodie que ne cesse de siffler les lobbyistes d’EDF depuis qu’il a accédé à la présidence de région.

Rien de très nouveau sous le soleil…

Le Président Région s’inscrit dans une longue tradition régionale. A croire ici qu’une splendide soumission à l’atome est la condition indispensable pour accéder aux fonctions les plus importantes.

Sous la précédente mandature, la réalité était la même sauf qu’elle ne se disait pas. Si les élus écolos avaient réussi à gommer toute mention de l’EPR dans le texte du Schéma régional climat-air-énergie, les données chiffrées indiquaient bel et bien qu’un nouveau réacteur serait nécessaire pour atteindre le mixe énergétique recommandée par la DREAL…

Aujourd’hui au moins les choses sont claires. La majorité régionale assume son tropisme conservateur. Reste à savoir désormais comment dans ce territoire au potentiel renouvelable immense seront atteint les objectifs de la Loi de transition énergétique seront atteints si tout l’argent fuit encore vers l’atome ?

Une politique énergétique régionale cohérente et ambitieuse est nécessaire face à l’urgence écologique et sociale

Toujours est-il qu’au moment où la région lance une vaste consultation sur le devenir du territoire la tirade atomique d’Hervé Morin a de quoi faire sourire. A quoi cela sert-il de consulter les Normand(e)s si le bon désir du prince reste déterminant ?

La réflexion sur le SRADDET ne devait-elle pas amené le Président de Région et sa majorité à une position toute autre que celle affichée à Flamanville ?

Quelques éléments le laissent penser :

  1. le délabrement du parc nucléaire normand est un fait avéré au vu de la très faible disponibilité des réacteurs,
  2. la maintenance de ces vieilles casseroles est hors de prix de l’aveu même de la Cour des Comptes et déterminent un coût du kWh nettement supérieur à celui des renouvelables,
  3. le chantier EPR est une farce qui discrédite l’ensemble de l’industrie française,
  4. alors que bien peu est fait pour favoriser le développement des énergies renouvelables…

Dix ans après la finalisation du premier projet off shore, aucune éolienne en mer n’est encore sortie des eaux de la Manche. L’éolien terrestre est au point mort. La seule entreprise de photovoltaïque va mettre la clef sous la porte, etc.

Plutôt que s’acharner dans une impasse, il conviendrait qu’Hervé Morin ouvre les yeux et admette qu’une Normandie sans nucléaire est possible. Il s’agit seulement d’initier plus encore que ces prédécesseurs une transition digne de ce nom…

Voilà pourquoi en conclusion, le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs invite le Président de Région et son vice Président à l’environnement, Hubert Dejean de la Batie,  à lire voire à relire cette étude qui reste d’actualité :