eolien-marin

Eoliennes en mer des deux côtes, un projet en proie à l’opposition résolue du lobby nucléaire

Les débats récents au sein de l’Agence Française pour la biodiversité sur le projet de parc éolien Dieppe – Tréport prouvent que décidément en France le développement des énergies marines renouvelables est difficile. L’exemple du Tréport est probablement le plus emblématique donnant à voir des obstructions qui n’ont cessé de se renouveler depuis une décennie pour bloquer le développement des parcs éoliens en mer. Opposition si résolue qu’aucuns parcs n’est aujourd’hui en activité. 

Cette situation inacceptable montre clairement comment les adversaires de la transition énergétique agissent pour enchainer la France à l’atome n’hésitant pas à se draper d’une vertu environnementaliste qui n’a rien d’écologiste.

Alors qu’un amendement opportun pourrait permettre à l’Etat de renégocier à la baisse les tarifs de rachat de l’électricité retenus lors des deux appels d’offres organisés, en 2011 et 2013, en vue du déploiement de six parcs éoliens en mer, au large des côtes normandes, bretonnes et vendéennes, pour un total de 3 000 mégawatts (MW) : quatre lors du premier appel d’offres (Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint-Nazaire et Saint-Brieuc), puis deux lors du second (Le Tréport, Yeu-Noirmoutier)[i], suscitant la colère du syndicat des énergies renouvelables[ii], on peut se demander si le développement de l’éolien offshore est possible en France… en dépit du formidable potentiel des littoraux[iii].

Depuis 10 ans les blocages ne cessent de s’accumuler pour gêner les maitres d’ouvrage et entraver l’aménagement des parcs en mer[iv]. Quand un obstacle est surmonté, un autre se dresse au point que l’éolien offshore soit aujourd’hui au « point mort » en France[v] :

« Comme c’est le cas pour de très nombreux projets éoliens en France, les recours se multiplient et retardent la mise en œuvre des chantiers. D’autant que le cadre réglementaire n’est pas prêt, et que plusieurs autorisations tardent à venir. En conséquence, l’objectif fixé en 2009 et revu à la baisse depuis, sera très loin d’être atteint. Si le développement de l’éolien est l’une des priorités du gouvernement, aucun parc offshore ne devrait être opérationnel avant la fin du quinquennat, en 2022.

L’enjeu est pourtant de taille. Selon les prévisions de Réseau de transport d’électricité, si la France veut diminuer la part du nucléaire dans sa production d’électricité, elle doit développer entre 1 000 et 2 200 éoliennes d’ici à 2030[vi]. »

La transition énergétique se serait-elle arrêté tel le nuage de Tchernobyl à la frontière française alors que toute l’Europe littoral du Nord consolide le développement des énergies marines renouvelables[vii] ?

La question se pose malheureusement alors que des milliers d’emplois sont à la clef ici et ailleurs[viii]… alors que pour la première fois les énergies vertes supplantent le charbon sur le Vieux Continent[ix] et produisent un kWh bien moins cher que le parc nucléaire français[x].

Le Tréport un exemple emblématique

Mais revenons-en au cas du projet de parc éolien en mer dit « du Tréport » imaginé il y a plus de dix ans sur le littoral du Sud de la Baie de Somme aux limites de la Normandie et de la Picardie. C’est d’abord une idée d’un pionnier des énergies renouvelables en France, Jean-Michel Germa[xi], qui a découvert le potentiel énorme de cet espace maritime associant un régime de vents puissants, des hauts fonds propices à l’installation de machines de forte capacité et une connexion aisée au réseau de transport d’électricité grâce au poste du CNPE de Penly[xii].

Très rapidement les difficultés apparaissent. Ce sont d’abord les autorités maritimes qui trainent les pieds alors que bien peu à l’époque ont entendu parler d’éoliennes en mer. Tous les arguments sont bons au milieu des années 2000 pour compliquer la tâche du maitre d’ouvrage. Le parc éolien pourrait poser des problèmes aux navires navigant dans la zone, gêner les activités de pêche mais surtout être difficilement aménageable en raison de la présence de champs de mines sous-marines datant de la dernière guerre. Cela n’atteint pas la résolution de la Compagnie du Vent qui prend en compte ces « remarques » et adapte le projet « des deux Côtes » au site[xiii].

C’est un projet qui a déjà fait l’objet de nombreuse concertation d’adaptations conséquentes[xiv] qui est présenté en 2009 à la Commission nationale du débat public[xv] alors qu’un « vent très mauvais continue de souffler[xvi] » contre cette initiative inédite en France. Le « Premier débat public en vue sur un projet lié aux énergies renouvelables[xvii] » n’a fait qu’alimenter la dispute entre « Anciens » et « Modernes ».

Ce ne sont pas tant les modalités du projet qui sont l’objet de vives controverses mais l’opportunité même de développer des moyens de production d’électricité de grande dimension en France, c’est-à-dire l’opportunité de mettre en œuvre une transition énergétique clairement assumée par le maitre d’ouvrage[xviii]

Les opposants _ pas si locaux que d’aucuns veulent le dire[xix] _ déploient une grande diversité de moyens et d’arguments pour dénoncer un projet qui remet en cause non pas tant leurs intérêts mais leurs croyances. Comme on pouvait s’y attendre, les séances du débat public sont houleuses pour ne pas dire agitées sans permettre le débat de fond que chacun attendait[xx]. La logique de l’affrontement l’emporte du fait même de l’intransigeance d’opposants qui ne font que décliner l’argumentaire conçu et promu par ceux et celles qui n’ont pas supporté l’inflexion de la politique énergétique de l’Etat portée par la Loi POPE[xxi] et la fameuse PPE 2009 signée par Pierre-Franck Chevet[xxii].

Comme par écho on retrouve ainsi tout au long du débat public l’ensemble des éléments de langages introduit dans la loi Grenelle II créant des contraintes hors du commun dont l’éolien n’avait pas besoin[xxiii] en toute fidélité aux recommandations d’un rapport parlementaire clairement favorable au statu quo énergétique[xxiv].

Pour autant, la Compagnie du Vent garde de cap. Elle s’efforce de prendre en compte critiques et remarques pour consolider son projet et en améliorer l’acceptabilité locale[xxv]. A mi-débat, le maitre d’ouvrage annonce des modifications notables du projet initial avec 12 propositions[xxvi] qui donnent à voir une réelle qualité d’écoute peu commune lors de débats publics[xxvii]. Et finalement, la décision de poursuivre le projet[xxviii] a pu laisser croire qu’une réelle dynamique allait s’engager pour compenser un retard français déjà grand[xxix].

De charybde en scylla !

Toujours est-il qu’en matière d’éolien _ tout particulièrement en mer _ il faut toujours s’attendre au pire surtout quand les choses semblent se présenter au mieux. La vieille garde nucléophile[xxx] ne lâche pas si facilement surtout quand il s’agit de préserver un système à bout de souffle. Au crépuscule de l’ère Sarkozy, elle fait feu de tout bois pour planter le projet « des deux Côtes ».

Certes ce n’est pas simple de concevoir une installation de ce genre surtout à un coût « acceptable »[xxxi]. Mais ce n’est pas impossible comme le donnent à voir alors tant d’exemples ailleurs en Europe[xxxii] où manifestement on ne perçoit pas l’offshore comme une « destruction d’un paysage unique[xxxiii] » ou comme une menace contre les centrales nucléaires[xxxiv]. L’opportunité qu’offre le développement de parcs éoliens en mer est immense[xxxv]… faut-il encore accepter de le reconnaître.

L’Etat ne peut l’ignorer et lance donc dès l’automne 2010 une procédure pour définir des zones propices au développement de l’éolien offshore dans le but des les attribuer à des exploitants[xxxvi].

Tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes sauf en Seine-Maritime où les deux sites « historiques[xxxvii] » ne semblent pas enthousiasmer les services instructeurs[xxxviii]. En janvier 2011, le premier appel d’offre public est lancé[xxxix] à la grande satisfaction des industriels[xl] et bien évidemment la Compagnie du Vent s’apprête à y répondre[xli].

A l’époque la défense de l’environnement marin n’est pas le principal problème débattu. Si personne ne nie les impacts de ces installations[xlii], chacun convient qu’une mise en œuvre intelligente des projets peuvent les atténuer voire amener des effets bénéfiques[xliii]. Mais ce n’est pas forcément ce qui intéresse le plus l’Etat. Selon le ministère de l’écologie, les projets seront sélectionnés selon trois critères : la qualité du projet industriel et social (40 % de la note finale), le prix d’achat de l’électricité proposé (40 %), le respect de la mer et de ses usages (20 %)[xliv].

Une fois de plus l’économie est déterminante en dernier recours non pas du fait des porteurs de projets mais de la règle du jeu établi par la pouvoir politique. Ainsi Contrairement à l’éolien terrestre qui bénéficie d’un tarif d’achat de l’électricité fixe et défini par l’Etat, pour l’éolien offshore, les industriels proposeront eux-mêmes le tarif d’achat qu’il leur semble nécessaire pour leur projet. Des prix plafond sont toutefois prévus : pour les zones Manche-Mer du Nord, le prix plafond s’élève à 175 € par MWh et à 200 € pour les deux zones Atlantique.

Les enjeux industriels[xlv] s’imposent donc au souci de la mer et de l’environnement d’aucuns oubliant que l’offshore est un moyen de la transition énergétique et non pas un but en soi[xlvi]. Au printemps 2011, la passion nouvelle pour l’offshore[xlvii] donnent lieu à des pratiques surprenantes. La concurrence est à son comble pour gagner le fameux appel d’offre chacun essayant de placer ses intérêts. La Compagnie du Vent, filiale de GDF-Suez, est prise dans ce tourbillon[xlviii] au mépris de la plus élémentaire rationalité écologique[xlix]. La crise est telle qu’elle en arrive à porter atteinte au projet des « deux Côtes » qui n’est pas retenu par l’Etat[l]

Et de mal en pis…

L’appel de l’Offre de l’Etat écarte donc les deux projets Seinomarins[li] sans qu’un débat public permette une concertation sur l’opportunité, les modalités et les objectifs du déploiement de l’éolien en mer[lii]. Et l’on ne peut que s’étonner que le projet qui s’appuie sur les études d’impacts et l’évaluation environnementale[liii] la plus solide ne soit pas retenu même si, bien évidemment, les investigations devaient encore être approfondi pour une mise en œuvre respectueuse de la mer et du littoral[liv].

 « La zone du Tréport n’a pas fait l’objet d’une concurrence suffisante, présente le prix d’achat de l’électricité le plus élevé parmi les 5 zones, et entraîne à elle seule une surcharge de l’ordre de 500 millions d’euros pour la Contribution au Service Public de l’Electricité. De ce fait, afin d’éviter une augmentation inconsidérée des factures d’électricité, l’appel d’offres sur la zone du Tréport est déclaré sans suite. »

Ce ne sont donc pas des arguments environnementaux qui ont eu raison du projet des « deux Côtes » mais des choix économiques[lv] dans le cadre d’un appel d’offre qui privilégie les données financières et industrielles[lvi].

Amère défaite pour la transition énergétique au grand plaisir de ses ennemis qui ne cessent de dénoncer pollutions et atteintes à l’environnement qu’entraineraient l’exploitation de parc en mer[lvii]

Pour autant la partie est loin d’être finie. Le consortium écarté par la Commission de régulation de l’électricité (CRE) n’entend pas renoncer[lviii]. Il faut dire que les enjeux sont considérables[lix]. Du point de vue de l’Etat et des industriels, il s’agit de constituer « une nouvelle filière industrielle en France[lx] » peu importe si cela se fait aux dépends des petites entreprises innovantes[lxi].

Toujours est-il que la machine est relancée. Quelles que soient les réserves que l’on puisse formuler sur la méthode, la France accepte enfin de porter des projets massifs qui mobilisent les grands acteurs industriels[lxii]. La transition énergétique change d’échelle.

Le nouveau consortium ne part pas de rien. Le « projet des Deux Côtes » écarté a permis d’acquérir une expérience qui n’a pas de prix. La nouvelle équipe constituée par GDF reprend le flambeau et poursuit investigations et études pour concevoir un nouveau projet dans le souci de répondre aux résistances anti-éoliennes. Nulle autre zone n’est mieux connue après cinq longues années d’études d’impacts de la part de La Compagnie du Vent et désormais de GDF Suez. Et c’est donc sans grande surprise que le parc est enfin attribué à l’occasion du second appel d’offre de l’Etat[lxiii].

Les opposants, en dépit de tous les moyens mis en œuvre depuis le débat public de 2010[lxiv], sont désavoués. Ni leur résolution[lxv] ni les moyens importants dont ils disposent[lxvi] n’ont pu réussi à convaincre. Leur argument classique sur l’impact paysager des parcs éoliens tombe à l’eau[lxvii] tout comme leur indigente comptabilité du coût du développement de cette nouvelle filière industrielle[lxviii]. Fin 2012, le mouvement écolo reprend espoir[lxix] même si les anti-éoliens systématisent une stratégie juridique[lxx] pour ralentir un peu plus une transition guère dynamique.

Surtout quand des pseudos écolos tirent dans le dos des acteurs de la transition…

Mais en matière d’éoliens offshore, il ne faut jamais croire que la partie est finie. Il y a toujours un événement qui survient et complique un peu plus les choses. Le 13 décembre 2012, a lieu la création du Parc naturel marin (PNM) des estuaires picards et de la mer d’Opale, premier parc de la façade maritime Manche/mer du Nord[lxxi]. Il faut dire que le milieu est riche et que les enjeux de protection sont grands[lxxii]. Pour autant, la configuration de la nouvelle ère marine protégée a de quoi surprendre.

Parc Naturel Marin Picardie

Au Sud, le PNM s’arrête pile poile au droit de la zone de danger immédiat[lxxiii] du CNPE de Penly[lxxiv] excluant ainsi un des milieux marins les plus intéressants de la région, les fameux ridins de Dieppe[lxxv] si cher aux pêcheurs… alors que la communication des naturalistes affirme que « Le périmètre retenu permet de prendre en compte l’essentiel des enjeux de protection de la zone. Il prend en considération les interactions entre les différents écosystèmes et les activités présentes, mais aussi celles en développement pour l’avenir[lxxvi]. » Et comme on peut le voir sur la carte ci-contre, le parc éolien défini par le second appel d’offre ne représente qu’un pouillème du PNM mordant à peine sur les ridins du Tréport[lxxvii].

Ce qui était à sa création un outil de protection du littoral en Picardie devient rapidement une contrainte au développement de l’offshore en Normandie. Compte-tenu da la composition de son Conseil de gestion, le PNM devient rapidement la caisse de résonnance du naturalisme orienté des pêcheurs[lxxviii].

Manifestement chez ces gens là on n’aime pas trop parler d’énergie marine renouvelable. Les activités qui comptent sont la pêche, le nautisme, les loisirs en mer et non la transition énergétique, sujet qui n’apparaît guère dans les publications de cette instance[lxxix].

Le second débat public[lxxx] de 2015 sur le nouveau projet dénommé « Dieppe – Le Tréport[lxxxi] » est ainsi marqué par les interventions croisées de la fédération de pêche et du PNM qui se renvoient la balle en permanence pour ruiner l’opportunité du projet n’hésitant pas à dire que le secteur est trop peu connu[lxxxii]

 « Le projet du parc éolien au large de Dieppe-Le Tréport pose la question de sa compatibilité avec la préservation du patrimoine naturel marin et celle du partage de l’espace avec les autres usagers. Le projet de parc éolien est situé à proximité immédiate de plusieurs sites Natura 2000, de la Réserve naturelle nationale de la baie de Somme, et en partie dans le périmètre du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale, traduisant ainsi un secteur d’une grande richesse environnementale[lxxxiii]. »

Ces Arguments sont d’autant plus surprenants qu’un peu plus au Sud, le projet de Parc éolien en mer de Fécamp[lxxxiv] a nécessité un déclassement d’un secteur Natura 2000 sans que cela ne suscite l’indignation de l’Agence des Aires marines protégées[lxxxv]. Preuve s’il en est que face à l’éolien la rigueur des naturalistes dépend bien souvent de la résolution des élu(e)s du territoire à porter un projet…

Ce problème est d’autant plus grave que chacun peut reconnaître que les porteurs de projet éoliens en mer se distinguent très nettement de la plupart des maitres d’ouvrages. On l’a vu la Compagnie du Vent avait repris son projet à mi-débat. Le nouveau consortium agit de la même manière avec un souci d’améliorer sans cesse l’intégration du projet dans son environnement naturel et humain[lxxxvi]. L’effort est notable même si bien évidemment les opposants les plus virulents ne l’admettent pas[lxxxvii]. Les arguments naturalistes sont clairement détournés par les adversaires de la transition énergétiques[lxxxviii]

Quand l’indignation naturaliste ignore les enjeux écologiques

En dépit de l’effort de concertation[lxxxix] et d’information[xc] de la Société des éoliennes Dieppe – Le Tréport, pêcheurs et naturalistes dénoncent ensemble des nuisances largement surévaluées des parcs éoliens en mer[xci].

On voit même de nouveaux arguments éclore pour stigmatiser une installation dont les impacts n’auront jamais rien à voir avec ceux des CNPE de Paluel et Penly où les substances déversées en mer par la Seine… l’aluminium[xcii]. S’appuyant sur une remarque de l’Autorité environnementale sur le projet de Courseulles[xciii], les opposants jouent sur le manque de connaissances pour nier l’opportunité de l’offshore[xciv]. Mais les coups portent. L’enquête publique initialement prévu au cours de l’été 2017 est reporté sine die[xcv] suspendant la décision à un avis du Parc naturel marin…

Et ce qui devait arriver arriva. En Octobre 2017, le Parc naturel marin largement acquis aux intérêts anti-éoliens prononcent un avis défavorable sur un projet qui mord à peine sur son périmètre[xcvi]. La sentence est sévère.

Pour Michel Dubromel, président de France Nature Environnement : « L’avis du parc naturel marin porte un coup de massue au projet de parc éolien en mer de Dieppe – Le Tréport et à la filière des énergies marines renouvelables dans son ensemble. Ce choix regrettable révèle aussi le déséquilibre évident qui existe au sein de cette instance entre les différents acteurs du territoire, avec une surreprésentation des élus locaux et une sous-représentation des associations de protection de la nature. Une planification de l’espace maritime prenant en compte, dès le départ les enjeux environnementaux, dans le cadre de l’intérêt général, est plus que jamais nécessaire pour identifier les zones susceptibles d’accueillir des éoliennes en mer et ainsi assurer la transition écologique[xcvii] ».

Les opposants ne cachent pas leur satisfaction[xcviii] et comptent bien transformer l’essai[xcix]. « En effet, après l’analyse conjointe des impacts du projet sur le milieu marin et des propositions de mesures visant à éviter, réduire et compenser le risque pour celui-ci, le conseil de gestion du Parc a estimé que le projet du promoteur n’était pas recevable en l’état. » A croire que l’expertise complémentaire demandée par France Nature Environnement à l’occasion du Débat public de 2015[c] et toutes les éléments réunis pour l’étude d’impact n’ont apporté aucun enseignement. Les opposants n’en ont rien à faire. Leur discours est clair ne faisant que reprendre les éléments de langage proposé depuis déjà longtemps par la FED et le Collectif PULSE[ci] (Pour un littoral sans éoliennes).

Ainsi peut-on légitimement s’interroger sur les motivations d’un vote picard pas si spontané que d’aucuns le croient[cii]. On retrouve là des figures très connues tel Gérard Montassine[ciii], membre du Comité national des pêches, si actif pour contester l’éolien offshore ici et ailleurs, où Olivier Becquet, président de la commission environnement au comité régional des pêches de Normandie[civ]. On voit aussi des personnalités plus surprenantes dont le souci de la Nature semble pour le moins fragile tel Fabrice Gosselin très connu pour son fameux « comités anti-phoques[cv] » ou d’autres dont les intérêts sont liés à une certaine pêche[cvi]. Le tout dans un contexte politique très particulier[cvii] dans la mesure où Xavier Bertrand[cviii] et les siens professent une foi anti-éolienne ostentatoire. Toujours est-il que l’avis du Parc naturel retentit comme un coup de tonnerre aux limites des prérogatives du Conseil de gestion[cix]

Une Agence française pour la biodiversité qui n’a cure des enjeux énergétiques

Très concrètement, le projet prend une nouvelle année de retard[cx] après une longue décennie de procédure savamment alourdi par les anti-éoliens, le PCF et ses alliés locaux écolos et insoumis, la CGT, les défenseurs du paysage, les pêcheurs et désormais des naturalistes dont les prétentions scientifiques sont à la mesure de leur inconséquence écologiste.

Fin 2017, le maitre d’ouvrage doit donc relever un nouveau défi[cxi] : convaincre l’agence française[cxii] (AFB) pour la biodiversité qui s’empare à son tour du dossier du Tréport[cxiii] alors que les clapages en mer du CNPE de Penly[cxiv] sont passés comme une lettre à la poste… preuve s’il en est que l’environnementaliste est en dernier recours pronucléaire. Une séquence tendue commence alors traduisant dans les faits les menaces proférées par des personnalités politiques qui n’ont jamais caché leur haine de la transition tel Xavier Bertrand[cxv] ou Sébastien Jumel[cxvi].

Fin Novembre, les pressions sur l’avis de l’AFB sont si importantes[cxvii] qu’il se retrouve repoussé en 2018[cxviii]. Une fois de plus on retrouve là l’éternelle ritournelle des anti-éoliens sur le manque de concertation et le défaut des études d’impacts… après dix années riches et animées d’études et de réunions.

Le Maitre d’ouvrage ne cache pas ses craintes[cxix] mais doit se plier aux injonctions des naturalistes qui oublient facilement les enjeux énergétiques et climatiques. Les tensions sont palpables à Dieppe comme à Paris[cxx] où le ministre tient bureau ouvert aux anti-éoliens[cxxi]. Bien évidemment, l’AFB en profite pour passer quelques marchés juteux au prétexte de compléter études et recherches sur la zone[cxxii]. Et au final le Maitre d’ouvrage concède pour lé énième fois des aménagements du projet[cxxiii]

Le Premier ministre, très attaché au projet, annonce une simplification des procédures pour 2018[cxxiv] mais la position on a bien du mal à comprendre la position de l’Etat sur l’offshore à quelques semaines du début du Débat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie[cxxv].

L’avis de l’AFB est repoussé une nouvelle fois[cxxvi] alors que le département de Seine-Maritime jusque là favorable au projet flatte les pêcheurs[cxxvii]. Et il faut attendre le 21 février pour que « Le parc d’éoliennes en mer de Dieppe validé malgré l’opposition locale[cxxviii] ». L’AFB offre finalement un « avis conforme favorable avec réserve[cxxix] » qui prévoir un « un arrêt des machines en cas de mortalité trop élevée de la faune[cxxx] »… clause jamais opposée aux centrales nucléaires.

La « saga du Tréport » touche à sa fin[cxxxi]. Les intérêts économiques s’en félicitent[cxxxii]. Mais le passage de ce dernier obstacle au prix de nouvelles concessions[cxxxiii] est une bonne nouvelle pour la transition énergétique et la reconversion industrielle vers une société post-carbone et post-atomique. Telles sont là en effet les deux faces de la dynamique dont ne veulent pas les adversaires de l’offshore persuadés que l’on pourra continuer comme avant en particulier ici en Normandie[cxxxiv], territoire marqué par ses centrales et ses raffineries[cxxxv].

Le plus surprenant est que des pseudo-spécialistes de l’environnement ne sont guère sensibles ici aux solutions locales qui permettent d’atténuer une crise globale[cxxxvi] surtout dans un territoire si nucléarisé[cxxxvii]. L’offshore est en effet un élément indispensable d’un mixte énergétique décarboné pour répondre aux besoins d’un pays où la majorité de la population vit non loin des littoraux[cxxxviii]. Aménager des parcs éoliens en mer permet d’anticiper l’avenir[cxxxix] sans recourir à des moyens thermiques[cxl] afin de répondre à une demande d’électricité qui a déjà commencé à diminuer[cxli].

Ces parcs sont des moyens locaux indispensables en particulier pour permettre de  nouvelles stratégies régionales de transition en lien avec d’autres technologies et un réseau de qualité qui permettent de garantir en tout lieu la continuité des approvisionnements.

Encore une fois c’est la transition qui est visée

Somme toute, la sauvegarde de la mer a beau dos dans tout ça quand on voit les dégâts d’une certaine pêche sur la faune marine du littoral français[cxlii]. « L’ampleur de cette mortalité des dauphins due aux captures dans des engins de pêche est extrêmement inquiétante. Il dépasse le seuil de 1,7% de mortalité d’une population d’environ 180 000 dauphins communs vivant près du talus continental, engageant à terme la disparition de cette population. La responsabilité principale revient aux chalutiers pélagiques utilisant des filets traînés par un ou deux bateaux. Ils remontent à la surface les bars mais aussi des dauphins qui chassent les petites espèces de poissons dont se nourrissent les bars. Cette pêche intervient de plus sur des zones de reproduction du bar, un non-sens écologique », explique Denez L’Hostis, Président d’honneur de France Nature Environnement[cxliii]. Et ces gens-là voudraient se faire passer pour des défenseurs de l’environnement[cxliv] face aux menaces de l’éolien offshore ?

La motivation des opposants n’a donc rien à voir avec la sauvegarde du milieu[cxlv]. L’intransigeance des pêcheurs[cxlvi] prouve leur embarras à formuler leur véritable motif. Leur opposition à l’offshore est en effet globale[cxlvii] même s’ils se sont concentrés des années durant contre le « Projet des deux Côtes[cxlviii] ». Au Touquet, ils reprennent le même argumentaire et déploient le même dispositif avec une bienveillance consternante du gouvernement[cxlix] alors qu’ils préparent la suite en portant leur opposition générale au niveau de l’Union européenne[cl]. C’est tout le malaise d’une profession touchée de plein fouet par le réchauffement climatique et les destructions anciennes du milieu marin qui explose aujourd’hui contre l’éolien… goutte d’eau qui fait déborder le vase de colères qui n’avaient pu s’exprimer jusque là.

On ne peut dès lors que se demander à qui profite cette jacquerie marine. Manifestement pas aux pêcheurs dont la situation n’a cessé de se dégrader au fil des longues années de lutte contre les projets offshore. Le fait de demander une autre zone, mise en cause par la FED et ses relais locaux, à Veulette le prouve clairement[cli].

Les pêcheurs ou plutôt leurs représentants officiels jouent une partie qui n’a rien à voir avec les souffrances de ceux qui affrontent quotidiennement les rigueurs de la mer. On est bien en présence d’un réseau cohérent d’opposition qui associe des acteurs politiques de droite comme de gauche[clii], des syndicats et des associations dont les motivations ont toujours été claires[cliii].

En dépit des concessions du Maitre d’ouvrage[cliv], ce réseau n’a jamais renoncé[clv]. En 2010, les pêcheurs bloquaient à la grande satisfaction du PCF local et de la CGT de Penly le navire de Greenpeace[clvi], L’Esperanza, en plein débats publics sur le projet Penly III et celui « des deux Côtes ». Le défi est évident pour tous ceux et celles qui s’intéressent de près au sujet : à une échelle nationale, il faut entraver plus encore le développement de toute alternative à la pathétique filière nucléaire[clvii]… et ici empêcher par tous les moyens que le poste de la centrale de Penly soit « bloqué[clviii] » par un parc offshore alors que des EPR sont attendus avec impatience[clix] !

Peu importe si cette posture ruine la reconversion industrielle d’une ville gravement touchée par le chômage comme Le Havre[clx]. Chez ces gens-là le conservatisme  et une l’aperception des enjeux du temps présents amènent à persévérer dans un posture qui a du mal à se draper de vertu environnementaliste…

La partie n’est pas terminée

Ne reste plus qu’à attendre aujourd’hui le début de l’enquête publique. Les machines sont prêtes, la plupart des études faites depuis bien longtemps, les aménagements du projet initial concédés en nombre et les partisans mobilisés[clxi]. Mais la réforme des tarifs de rachat amène une inquiétude supplémentaire[clxii] à une époque où d’aucuns veulent en dernier recours laisser croire que le nucléaire est une énergie finançable[clxiii]

Notes et commentaires :

[i] www.lemonde.fr/energies/article/2018/03/12/quand-la-france-bride-le-developpement-de-l-eolien-en-mer_5269542_1653054.html

[ii] https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0301420968660-eolien-en-mer-le-projet-du-gouvernement-menace-les-usines-francaises-2160090.php

[iii] https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/eolien-offshore-la-france-a-la-croisee-des-chemins-770032.html

[iv] https://www.franceinter.fr/emissions/le-vrai-faux-de-l-europe/le-vrai-faux-de-l-europe-16-novembre-2017

[v] https://www.boursier.com/actions/actualites/rumeurs/l-eolien-en-mer-au-point-mort-en-france-758486.html

[vi] http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/01/l-eolien-offshore-peine-a-decoller-en-france_5264231_3234.html

[vii] http://lenergeek.com/2018/02/13/eolien-offshore-mer-europe/

[viii] http://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/eolien-en-mer–siemens-gamesa-confirme-la-creation-de-750-emplois-au-havre-JI12292579

[ix] http://www.liberation.fr/planete/2018/01/30/les-energies-vertes-depassent-le-charbon-en-europe-pour-la-premiere-fois_1625977

[x] http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/09/19/nucleaire-edf-renonce-a-etre-competitif-face-aux-energies-vertes_5187897_3234.html

[xi] https://www.lesechos.fr/27/08/2009/LesEchos/20496-030-ECH_jean-michel-germa–combattant-du-vent.htm#formulaire_enrichi::bouton_facebook_inscription_article

[xii] http://www.batiactu.com/edito/projet-parc-eolien-mer-deux-cotes-passe-etre-decide-4578.php

[xiii] http://www.engie-green.fr/app/uploads/2017/05/nouvelles_du_vent_dans_la_somme.pdf

[xiv] http://www.cleantechrepublic.com/2009/09/01/parc-eolien-offshore-des-deux-cotes-bras-de-fer-entre-gdf-suez-et-les-pecheurs/

[xv] https://www.picardie-nature.org/protection-de-l-environnement/energie/eoliennes-off-shore/article/projet-eolien-des-deux-cotes-la

[xvi] http://www.arnaudgossement.com/archive/2009/11/23/eoliennes-off-shore-un-vent-tres-mauvais-continue-de-souffle.html

[xvii] https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?c=artVeille&cid=1250259662779&pagename=Localtis/artVeille/artVeille

[xviii] http://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-eolien-en-mer/DOCS/DOSSIER_MO/DOSSIER_MAITRE_OUVRAGE.PDF

[xix] https://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/le-terrorisme-intellectuel-des-anti-eolien_763308.html

[xx] https://www.franceculture.fr/emissions/science-publique/rediffusion-du-23-juillet-2010-loffshore-est-il-la-solution-pour-leolien

[xxi] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000813253&categorieLien=id

[xxii] http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/20140407_ppi-elec-2009-2020.pdf

[xxiii] http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/10/05/eolien-terrestre-dix-ans-de-batailles-juridiques_1770716_3244.html

[xxiv] http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i2398.asp

[xxv] https://www.energiesdelamer.eu/publications/1084-80la-compagnie-du-vent-debat-public-parc-des-deux-cotes-positif-a-mi-parcours

[xxvi] http://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-eolien-en-mer/DOCS/DOSSIER_MO/12_PROPOSITIONS_LCV.PDF

[xxvii] https://blogs.mediapart.fr/guillaume-blavette/blog/210613/cigeo-les-enjeux-de-la-participation-au-debat-public

[xxviii] http://www.engie-green.fr/app/uploads/2017/05/CPCOMPAGNIEDUVENTPROJETDESDEUXCOTES.pdf

[xxix] https://www.usinenouvelle.com/article/eolien-offshore-il-est-encore-temps-de-prendre-le-train-en-marche.N138146

[xxx] https://www.greenpeace.fr/qui/pages/savoirplus-elus.html

[xxxi] https://www.greenunivers.com/2010/07/repere-le-cout-dun-parc-offshore-un-enjeu-pour-les-prochaines-decennies-40083/

[xxxii] http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/07/27/energie-eolienne-la-lecon-danoise_1392444_3244.html

[xxxiii] http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/09/08/pascal-cribier-la-destruction-d-un-paysage-unique_1408290_3244.html

[xxxiv] http://energie.lexpansion.com/energies-renouvelables/comment-les-eoliennes-mettent-la-securite-nucleaire-en-cause_a-33-5015.html

[xxxv] http://www.lagazettedescommunes.com/telechargements/PwC-Baromtre_olien_offshore_13122010.pdf

[xxxvi] https://www.greenunivers.com/2010/09/repere-exclusif-32-projets-de-parcs-eoliens-offshore-en-france-37311/

[xxxvii] http://www.liberation.fr/terre/2010/12/20/l-eolien-offshore-l-arlesienne-de-veulettes-sur-mer_701860

[xxxviii] https://www.actu-environnement.com/ae/news/eolien-offshore-zones-propices-11013.php4

[xxxix] https://www.meretmarine.com/fr/content/eoliennes-offshores-la-france-se-lance

[xl] https://www.actu-environnement.com/ae/news/eolien-offshore-dgec-industries-france-11935.php4

[xli] https://www.usinenouvelle.com/article/la-compagnie-du-vent-se-positionne-sur-l-eolien-offshore.N145576

[xlii] http://www.cite-sciences.fr/archives/science-actualites/home/webhost.cite-sciences.fr/fr/science-actualites/enquete-as/wl/1248114100497/eoliennes-marines-quels-risques-pour-l-environnement/index.html

[xliii] https://www.notre-planete.info/actualites/3449-eoliennes_consequences_poissons

http://www.maxisciences.com/%E9olienne-offshore/eoliennes-offshore-un-impact-positif-sur-la-biodiversite_art16303.html

[xliv] https://www.actu-environnement.com/ae/news/lancement-appel-offre-eolien-offshore-13017.php4

[xlv] http://www.ddmagazine.com/2107-3000-MW-deolien-offshore-la-France-bout-au-vent.html

[xlvi] https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/l-avenir-de-l-eolien-est-il-dans-l-offshore_1365014.html

[xlvii] https://www.latribune.fr/green-business/l-actualite/20110125trib000595452/eoliennes-offshore-la-bataille-des-fabricants.html

[xlviii] https://www.actu-environnement.com/ae/news/eolien-offshore-les-deux-cotes-la-compagnie-du-vent-13091.php4

[xlix] http://www.liberation.fr/futurs/2011/06/18/la-compagnie-du-vent-debout_743559

[l] https://www.actu-environnement.com/ae/news/interview-jean-michel-germa-soper-gdf-eolien-offshore-15419.php4

[li] http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/12529.pdf

[lii] https://www.actu-environnement.com/ae/news/appel-offres-debat-public-eolien-offshore-13090.php4

[liii] http://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-eolien-en-mer/DOCUMENTS/ETUDES_MAITRE_OUVRAGE.HTM

[liv] http://www.picardie-nature.org/IMG/pdf/cahier_Picardie_Nature.pdf

[lv] https://www.20minutes.fr/planete/808892-20111019-proces-gdf-suez-compagnie-vent-amere-victoire-jean-michel-germa

[lvi] https://www.lesechos.fr/10/04/2012/LesEchos/21162-098-ECH_eoliennes-en-mer—six-questions-clefs-sur-l-appel-d-offres-qui-doit-lancer-la-filiere.htm

[lvii] https://www.actu-environnement.com/ae/news/eolien-offshore-contestation-opposants-degradation-environnement-pollution-emploi-14623.php4

[lviii] https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20120403trib000691790/polemique-sur-l-eolien-offshore-qui-dit-vrai-.html

[lix] http://www.liberation.fr/terre/2011/07/12/eolien-en-mer-la-france-appate-les-gros-poissons_748713

[lx] https://www.economie.gouv.fr/eolien-mer-nouvelle-filiere-industrielle-france

[lxi] https://www.bastamag.net/A-qui-va-profiter-le-business-des

[lxii] https://www.ladepeche.fr/article/2012/04/06/1325166-eolien-de-mer-alstom-va-construire-4-usines-en-france-des-miliers-d-emplois-en-jeu.html ; https://actu.fr/societe/eolien-en-mer-1-500-emplois-au-havre_542899.html

[lxiii] https://www.actu-environnement.com/ae/news/gdf-suez-gagne-deuxieme-appel-offres-eolien-offshore-21583.php4

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/05/07/eolien-en-mer-gdf-suez-remporte-les-appels-d-offres-au-treport-et-a-noirmoutier_4413044_3234.html

https://www.usinenouvelle.com/article/et-le-deuxieme-appel-d-offres-pour-l-eolien-offshore-est-attribue-au-champion-francais-de-l-energie-areva.N261203

[lxiv] http://stop.eolien.offshore.free.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=146:le-touquet-atelier-de-mise-en-place-dun-protocole-de-suivi-dimpact-des-eoliennes-sur-la-migration-des-oiseaux-et-des-poissons&catid=65:communication&Itemid=141

[lxv] https://www.20minutes.fr/planete/887365-20120227-neuf-ans-installer-eoliennes-parcours-combattant-maires-vosges

[lxvi] https://blogs.mediapart.fr/claude-marie-vadrot/blog/230410/les-anti-eoliennes-repartent-lassaut-avec-une-campagne-dinforma

[lxvii] https://www.terraeco.net/L-eolien-va-t-il-defigurer-la-mer,15552.html

[lxviii] http://energie.lexpansion.com/energies-renouvelables/eolien-off-shore-l-addition-va-etre-salee_a-33-6024.html

[lxix] https://www.actu-environnement.com/ae/news/vote-assemblee-modification-eolien-mets-zde-16737.php4

[lxx] https://www.actu-environnement.com/ae/news/david-deharbe-recusation-expert-anti-eolien-15575.php4

[lxxi] http://www.aires-marines.fr/Actualites/Creation-du-Parc-naturel-marin-des-estuaires-picards-et-de-la-mer-d-Opale

[lxxii] https://www.documentation.eauetbiodiversite.fr/notice/atlas-des-espaces-naturels-du-littoral-1995-picardie-haute-normandie-de-saint-valery-sur-somme-au-tr0

[lxxiii] http://www.luckynuke.net/

[lxxiv] http://www.seine-maritime.gouv.fr/content/download/4763/31005/file/DEPLIANT%20PPI%20PENLY.pdf

[lxxv] http://archimer.ifremer.fr/doc/00076/18675/16222.pdf

[lxxvi] Dossier de presse préparé par le Cabinet du Ministre de la               Mer, le 13 décembre 2012, « Le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale est créé. » http://www.aires-marines.fr/Actualites/Creation-du-Parc-naturel-marin-des-estuaires-picards-et-de-la-mer-d-Opale

[lxxvii] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00162847/document

[lxxviii] http://www.aires-marines.fr/L-Agence/Organisation/Parcs-naturels-marins/Parc-naturel-marin-des-estuaires-picards-et-de-la-mer-d-Opale/Gouvernance

[lxxix] http://www.aires-marines.fr/L-Agence/Organisation/Parcs-naturels-marins/Parc-naturel-marin-des-estuaires-picards-et-de-la-mer-d-Opale/Documents/Depliant-de-presentation-Parc-naturel-marin-des-estuaires-picards-et-de-la-mer-d-Opale

[lxxx] http://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-eolienmer-pdlt/

[lxxxi] https://dieppe-le-treport.eoliennes-mer.fr/

[lxxxii] https://video-streaming.orange.fr/autres/eolienpdlt-audition-8-agence-des-aires-marines-protegees-antenne-manche-mer-du-nord-morgane-remaud-chargee-de-mission-VID0000001PMpC.html

[lxxxiii] http://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-eolienmer-pdlt/file/532/ca-aires-marines-protegeesfb58.pdf?token=a2aTCAUg

[lxxxiv] http://parc-eolien-en-mer-de-fecamp.fr/wp-content/uploads/2013/09/DP_FEC_SYNTH.pdf ; http://parc-eolien-en-mer-de-fecamp.fr/wp-content/uploads/2013/09/Fecamp_DMO.pdf

[lxxxv] http://www.aires-marines.fr/

[lxxxvi] https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/le-projet-de-parc-eolien-en-mer-de-dieppe-le-treport-modifie-pour-mieux-respecter-l-environnement-1494519340

[lxxxvii] http://www.lemarin.fr/sites/default/files/2016/11/25/communique_de_presse_-_les_fausses_concessions_dengie_edlt_-_crpmem_hn_-_octobre_2016_-_v9.pdf

[lxxxviii] http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-799QE.htm

[lxxxix] https://dieppe-le-treport.eoliennes-mer.fr/la-concertation/

[xc] https://dieppe-le-treport.eoliennes-mer.fr/wp-content/uploads/sites/4/2017/01/Introduction-Reunion-EtudeImpacts-11-janvier-2017-Dieppe.pdf

[xci] http://www.leparisien.fr/environnement/energies/les-parcs-eoliens-en-mer-accuses-de-nuire-a-la-faune-marine-19-07-2017-7142925.php

[xcii] https://www.contrepoints.org/2015/03/24/201866-eoliennes-en-mer-gare-a-laluminium

[xciii] https://www.actu-environnement.com/ae/news/avis-autorite-environnementale-parc-eolien-offshore-courceulles-24211.php4

[xciv] https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/eolien-offshore-coups-de-freins-sur-les-premiers-parcs-francais_107562

[xcv] https://www.usinenouvelle.com/article/le-parc-eolien-offshore-de-dieppe-le-treport-depose-sa-demande-de-permis-de-construire.N539079

[xcvi] http://www.aires-marines.fr/L-Agence/Organisation/Parcs-naturels-marins/Parc-naturel-marin-des-estuaires-picards-et-de-la-mer-d-Opale/Actualites/Le-conseil-de-gestion-donne-son-avis-sur-le-parc-eolien-de-Dieppe-Le-Treport

https://www.tendanceouest.com/actualite-248535-projet-d-eolien-en-mer-au-large-de-dieppe-le-treport-le-parc-naturel-marin-rend-un-avis-defavorable.html

[xcvii] http://civicrm.fne.asso.fr/civicrm/mailing/view?reset=1&id=6809

[xcviii] http://www.courrier-picard.fr/73601/article/2017-11-26/vote-ou-pas-la-zone-dimplantation-des-eoliennes-en-mer-toujours-contestee

[xcix] https://www.actu-environnement.com/ae/news/eolien-offshore-impacts-environnementaux-dieppe-treport-parc-marin-29907.php4

[c] http://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-eolienmer-pdlt/lexpertise-complementaire-cndp.html

https://www.energiesdelamer.eu/publications/1881-l-acoustique-sous-marine-un-sujet-cle-pour-le-parc-eolien-de-dieppe-le-treport

[ci] http://stop.eolien.offshore.free.fr/

[cii] https://reporterre.net/Un-parc-eolien-en-mer-oppose-l-Agence-pour-la-biodiversite-et-le-Parc-naturel

[ciii] https://www.dailymotion.com/video/xdayca

[civ] http://www.paris-normandie.fr/region/le-treport–eolien-en-mer-les-pecheurs-attendent-nicolas-hulot-NH11079499

[cv] http://www.lavoixdunord.fr/49484/article/2016-09-24/le-comite-anti-phoques-ne-veut-plus-que-les-animaux-blesses-soient-soignes ; http://www.lemarin.fr/articles/detail/items/cote-dopale-les-pecheurs-de-loisir-refusent-detre-sondes.html

[cvi] https://dirigeants.bfmtv.com/Eric-GOSSELIN-2989862/

[cvii] http://ventsetterritoires.blogspot.fr/2018/02/oise-xavier-bertrand-le-president-de-la.html

[cviii] http://www.courrier-picard.fr/17632/article/2017-03-16/un-epr-plutot-que-des-eoliennes-pour-xavier-bertrand ; https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/pour-xavier-bertrand-les-eoliennes-basta-1467218866

[cix] http://www.aires-marines.fr/L-Agence/Organisation/Parcs-naturels-marins/Parc-naturel-marin-des-estuaires-picards-et-de-la-mer-d-Opale/Gouvernance/Conseil-de-gestion

[cx] http://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/un-nouveau-delai-pour-le-parc-eolien-offshore-dieppe-le-treport-DF11504733

[cxi] https://www.usinenouvelle.com/article/en-normandie-c-est-la-course-d-obstacles-pour-l-eolien-en-mer.N558098

[cxii] http://www.gouvernement.fr/argumentaire/une-agence-de-la-biodiversite-pour-de-nouvelles-relations-entre-l-homme-et-la-nature

[cxiii] https://www.afbiodiversite.fr/fr/actualites/conseil-dadministration-retour-sur-le-parc-eolien-en-mer-dieppe-le-treport

[cxiv] https://actu.fr/normandie/petit-caux_76618/une-operation-denvergure-desensabler-centrale-nucleaire-penly_15382129.html

[cxv] https://twitter.com/xavierbertrand/status/836149574708432896?lang=fr

[cxvi] http://www.paris-normandie.fr/region/sebastien-jumel–eolien-en-mer-de-l-ecoute-et-du-blabla-aux-actes-pour-les-pecheurs-MI12295933

[cxvii] http://www.courrier-picard.fr/75515/article/2017-12-05/eoliennes-en-mer-lavis-de-lafb-scrute-de-pres-par-les-pecheurs

[cxviii] http://www.courrier-picard.fr/73895/article/2017-11-27/eoliennes-en-mer-avis-reporte

[cxix] http://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/environnement/eolien-en-mer–la-derniere-chance-LG11609442

[cxx] https://www.energiesdelamer.eu/publications/47-eolien/eolien-pose-offshore/3480-dieppe-le-treport-l-afb

[cxxi] http://www.paris-normandie.fr/len/entreprises/parc-eolien-de-dieppe-le-treport–la-valse-hesitation-de-nicolas-hulot-GG12057717#.Wq5EaujOWUk

[cxxii] https://www.energiesdelamer.eu/publications/75-appel-d-offres/3486-appel-d-offre-parc-naturel-marin

[cxxiii] https://www.challenges.fr/economie/eolien-en-mer-engie-propose-de-nouvelles-concessions-au-treport_526264

[cxxiv] https://www.energiesdelamer.eu/publications/60-ports/3398-2018-edouard-philippe-simplification-emr

[cxxv] https://ppe.debatpublic.fr/ppe-bref

[cxxvi] http://www.paris-normandie.fr/breves/normandie/eoliennes-en-mer-dieppe-le-treport–pas-de-decision-le-1er-fevrier-LG12058311

[cxxvii] http://www.paris-normandie.fr/breves/normandie/eolien-en-mer–pascal-martin-invite-a-poursuivre-le-dialogue-avec-les-pecheurs-de-dieppe-et-du-treport-JI12290283

[cxxviii] http://www.lefigaro.fr/societes/2018/02/21/20005-20180221ARTFIG00288-le-parc-d-eoliennes-en-mer-de-dieppe-valide-malgre-l-opposition-locale.php

[cxxix] https://www.afbiodiversite.fr/fr/actualites/projet-de-parc-eolien-en-mer-dieppe-le-treport-le-conseil-dadministration-de-lagence

[cxxx] https://www.actu-environnement.com/ae/news/parc-eolien-mer-treport-afb-30701.php4

[cxxxi] https://www.energiesdelamer.eu/publications/47-eolien/eolien-pose-offshore/3731-l-afb-donne-son-accord-sous-reserve-pour-dieppe-le-treport

[cxxxii] https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250280639306

[cxxxiii] http://www.courrier-picard.fr/92616/article/2018-02-22/eoliennes-au-large-du-treport-les-quatre-mesures-qui-ont-dessine-le-oui-de

[cxxxiv] http://www.liberation.fr/planete/2018/03/14/le-changement-climatique-provoque-une-acceleration-du-cycle-de-l-eau_1635793

[cxxxv] http://www.novethic.fr/actualite/energie/energies-fossiles/isr-rse/decryptage-cop-23-raffinage-climat-et-securite-la-quadrature-du-cercle-144987.html

[cxxxvi] https://www.nouvelobs.com/planete/20180220.OBS2494/montee-des-eaux-l-effrayant-impact-du-rechauffement-climatique-si-rien-ne-change.html

[cxxxvii] https://reporterre.net/Le-nucleaire-n-est-pas-une-bonne-reponse-au-rechauffement-climatique

[cxxxviii] https://www.franceinter.fr/economie/65-2-millions-de-personnes-vivent-en-france-et-si-possible-pres-du-littoral

[cxxxix] https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/2017/02/greenpeace-rapport-echeance-40-ans.pdf

[cxl] http://www.novethic.fr/actualite/energie/energie-nucleaire/isr-rse/reduire-de-50-le-nucleaire-d-ici-2025-multiplierait-par-deux-les-emissions-de-co2-selon-rte-144999.html

[cxli] https://www.actu-environnement.com/ae/news/consommation-electrique-francaise-baisse-rte-27236.php4

[cxlii] http://www.lemonde.fr/planete/article/2018/02/28/sea-shepherd-alerte-sur-le-sort-des-dauphins-extermines-pres-des-cotes-francaises_5263863_3244.html

[cxliii] https://www.fne.asso.fr/communiques/massacre-de-dauphins-sur-les-c%C3%B4tes-fran%C3%A7aises-l%E2%80%99etat-fran%C3%A7ais-spectateur-passif

[cxliv] https://www.lesinrocks.com/2018/03/01/actualite/pourquoi-des-dauphins-sont-extermines-en-silence-pres-des-cotes-francaises-111053528/

[cxlv] http://www.courrier-picard.fr/86453/article/2018-01-25/le-treport-la-petite-peche-ne-sort-plus-et-souffre

[cxlvi] http://www.paris-normandie.fr/region/parc-eolien-dieppe-le-treport–les-pecheurs-prets-pour-une-zhad-PC12232418

[cxlvii] http://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/dieppe–les-pecheurs-developpent-leurs-arguments-contre-le-projet-de-parc-eolien-en-mer-CM7691895

[cxlviii] http://www.paris-normandie.fr/actualites/parc-eolien-du-treport–pecheurs-et-operateurs-toujours-opposes-EE6776622#

[cxlix] http://www.courrier-picard.fr/49170/article/2017-08-11/nicolas-hulot-redonne-un-peu-despoir-aux-opposants

https://www.actu-environnement.com/ae/news/eolien-mer-parc-boulogne-compromis-offshore-29540.php4

[cl] http://www.courrier-picard.fr/41428/article/2017-07-06/parcs-eoliens-shore-une-plainte-collective-deposee-bruxelles

[cli] https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/pays-caux/dieppe/comite-regional-peches-reitere-son-opposition-totale-au-parc-eolien-dieppe-treport-941928.html

[clii] http://www.courrier-picard.fr/81711/article/2018-01-05/eoliennes-en-mer-nicolas-hulot-va-recevoir-les-elus-du-littoral-les-9-et-10

[cliii] https://www.actu-environnement.com/ae/news/eolien_fed_ademe_emission_co2_5261.php4

http://www.lemonde.fr/planete/article/2008/10/02/la-croisade-de-valery-giscard-d-estaing-contre-l-essor-irresponsable-de-l-eolien_1102269_3244.html

http://www.sdn72.org/2015/02/25/schneider-valery-giscard-destaing/

[cliv] http://www.paris-normandie.fr/region/le-projet-eolien-au-large-de-dieppe-et-du-treport-revu-par-engie-XD7162770#

[clv] http://www.liberation.fr/terre/2010/05/07/critiques-en-rafale-contre-l-eolien-offshore_624752

[clvi] https://www.greenpeace.fr/espace-presse/nucleaire-impossible-den-discuter-a-dieppe/

[clvii] http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/09/12/fin-de-partie-pour-areva-dans-l-eolien-en-mer_4996283_3234.html

[clviii] https://dieppe-le-treport.eoliennes-mer.fr/wp-content/uploads/sites/4/2015/11/TRE-Fiche-F-Le-raccordement-%C3%A9lectrique-%C3%A0-terre-RTE.pdf

http://www.normandie.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Rcct_eolien_Treport_reunion_Instance_concert-_pref-_du_2-10-2014_pres-_RTE_v0-2_cle0333f7.pdf

[clix] https://www.nuclearvalley.com/epr-nm-un-projet-pour-la-competitivite-de-la-filiere/

[clx] http://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/eolien-en-mer–siemens-gamesa-confirme-la-creation-de-750-emplois-au-havre-JI12292579

[clxi] http://www.elan-normandie.com/eolien-en-mer-elan-et-la-normandie-disent-oui/

[clxii] http://www.energie.sia-partners.com/20170320/leolien-en-mer-francais-peut-il-suivre-la-dynamique-europeenne-lancee

http://www.lemonde.fr/energies/article/2018/03/12/quand-la-france-bride-le-developpement-de-l-eolien-en-mer_5269542_1653054.html

[clxiii] http://www.lemondedelenergie.com/nucleaire-coute-cher-idee-recue/2018/03/14/