image_content_23899562_20180705214646

D’importants travaux aux abords de la centrale de Penly vont se faire aux dépends de la biodiversité

EDF aux abords de la centrale de Penly a déposé une demande de dérogation à l’article L411-1 du code de l’environnement afin de pouvoir réaliser des travaux de désensablage de plage de Saint-Martin-en-Campagne. Ces opérations massives préparées depuis deux ans vont en effet entrainer la destruction de spécimens d’espèces végétales protégées ainsi que la la dégradation du milieu où elles se développent.

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs invite le plus grand nombre à participer à la consultation du publique organisée par la DREAL de Normandie pour demander que les travaux envisagés par EDF soient réalisés dans le respect de la biodiversité et du littoral. Si le désensablement de ce secteur se conçoit, il ne peut se faire aux dépends du site. EDF doit prendre des mesures de protection proportionnées et tout mettre en œuvre pour réduire l’impact de ses activités sur un milieu déjà considérablement abîmés par trois décennies de production électronucléaire.

Vous trouverez ci-dessous des éléments qui vous permettrons de prendre la mesure du projet d’EDF et de ses impacts :

Jusqu’au 22 Juillet vous pouvez vous exprimer sur les modalités des travaux que veut réaliser EDF sur la Plage de Saint-Martin-en-Campagne dès l’automne prochain[1]. La DREAL publie un grand nombre d’information qui permettent de prendre la mesure de ce qui pourraient être fait si EDF bénéficiait de la dérogation demandée dans le seul but de faciliter les opérations et d’en réduire le coût[2]

« La jetée du CNPE de Penly (Centre Nucléaire de Production d’Électricité) constitue un obstacle vis-à-vis du transit littoral des sédiments d’Ouest en Est. De ce fait, la plage de Saint-Martin en Campagne située à l’ouest du site stocke environ 30 000 à 40 000 m3/an de sédiments depuis la construction du CNPE. Depuis 2007, la langue de sable a atteint l’extrémité de la jetée. Désormais la quasi-totalité de l’apport de sédiments finit par se déverser dans le canal d’amenée lors des épisodes de houle d’Ouest. Le CNPE de Penly est alors confronté à une augmentation des phénomènes d’ensablement du canal, entraînant le déclenchement de dragages non programmés et notamment en hiver.

Afin de pallier de façon pérenne aux phases d’ensablement du canal, une solution a été recherchée afin d’extraire un premier volume de 300 000 m3 de sédiments de la plage de Saint-Martin, de manière à rendre à la plage la capacité de stocker les sédiments. Par la suite, des opérations de maintenance périodique permettront d’évacuer l’apport continu de sédiments, évalué entre 30 000 et 40 000 m3 par an.

Des inventaires des habitats naturels, de la flore et de la faune ont été réalisés. Ils ont permis de mettre en évidence la présence de plusieurs espèces et habitats d’espèces protégées réglementairement au sein de la zone d’étude. La mise en œuvre de la séquence ERC, en optimisant les périodes de dragages et en délimitant au mieux les emprises du chantier a réduit l’impact sur les espèces protégées au seul domaine terrestre et sur le seul compartiment de la flore.

Dans le cadre de ce projet de désensablement de la plage de Saint Martin, EDF fait donc une demande de dérogation à la protection des espèces portant sur le Chou marin (Crambe maritima). »

Si EDF a fait quelques efforts pour limiter les impacts des travaux, ceux-ci ne sont pas suffisant au regard de l’état d’un littoral dégradé par les pollutions, des aménagements absurdes et les impacts radiologiques et chimiques de l’industrie nucléaire.

L’exploitant nucléaire en dépit d’une communication active[3] et de la complaisance de quelques naturalistes[4] ne se distingue guère par son souci de l’environnement. L’instruction de la demande d’autorisation de création d’un réacteur de type EPR sur le site de la centrale en 2011 avait en effet motivé un avis sévère de l’Autorité environnementale[5].

Aujourd’hui les pratiques de l’industriel n’ont guère évolué. Ils cherchent avant tout à protéger son installation quelles que soient les conséquences sur la nature et l’environnement. Ainsi la protection du chenal de la centrale nécessaire à l’alimentation en source froide des réacteurs[6] est conçue aux dépends des espèces protégées qui se sont développées sur l’estran et sur les falaises.

Si l’Est de la centrale où aurait pu être transporté le sable prélevé à l’Ouest est préservée, les modalités mêmes des travaux posent problèmes. D’autres méthodes plus douces auraient pu être envisagées pour draguer les sédiments accumulés. Mais surtout d’autres solutions pouvaient être trouvées pour éviter leur immersion au large.

EDF une fois encore a cédé à la facilité en considérant la biodiversité et les enjeux environnementaux comme de vulgaires variables d’ajustements. Dans le souci de limiter ses coûts, l’exploitant nucléaire préfère détruire un milieu riche et perturber le cadre de vie de nombreux oiseaux marins plutôt que de concevoir des stratégies d’intervention soutenables. C’est peut-être ça l’approche positive de la biodiversité revendiquée par l’entreprise[7]

En tout cas le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs ne partage pas la complaisance des naturalistes officiels[8] toujours prompts à accorder un blanc-seing à l’exploitant nucléaire… Une « fête de la nature[9] » aura lieu à Saint-martin-en-Campagne à coup de pelleteuse si rien n’est mis en œuvre pour ramener l’opérateur énergétique de l’Etat à la raison.

[1] http://enqueteur.dreal-normandie.developpement-durable.gouv.fr/index.php?sid=33192&lang=fr

[2] http://www.normandie.developpement-durable.gouv.fr/edf-desensablement-de-la-plage-de-st-martin-en-a2167.html

[3] https://www.edf.fr/sites/default/files/contrib/groupe-edf/producteur-industriel/carte-des-implantations/centrale-penly/actualites/dossier_de_presse_-_les_mares_de_penly.pdf

[4] https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-penly/actualites/visite-des-mares-de-penly-venez-voir-l-invisible

[5] http://cgedd.documentation.developpement-durable.gouv.fr/documents/cgedd/007599-01_avis-delibere_ae.pdf

[6] https://www.edf.fr/groupe-edf/producteur-industriel/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-penly/actualites/desensablement-de-la-plage-de-saint-martin-en-campagne-les-acteurs-locaux-s-impliquent

[7] https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-engagements/responsabilite-d-entreprise/une-approche-positive-de-la-biodiversite

[8] http://www.normandie.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/17-1133-avis-csrpn-edf_cnpe_penly-plage_st_martin.pdf

[9] https://fetedelanature.com/edf