EPR : Une prolongation de l’autorisation de création inutile et dispendieuse

Le 27 mars 2020, le gouvernement a publié en toute discrétion un nouveau décret modifiant celui de 2007 autorisant la création de l’EPR à Flamanville[1], ignorant les réserves techniques rappelées par les associations membres de l’Intercli de la Manche[2] (ACRO, Crepan, CRILAN et Greenpeace) et les nombreuses études réalisées par des experts non-institutionnels depuis le Débat public de 2005-2006[3]

« Une prolongation problématique… »

Ainsi le chantier du réacteur EPR « tête de série » pourrait-il se poursuivre pour quatre années supplémentaires après une première prolongation accordée en 2017[4]. Aujourd’hui le gouvernement récidive fort d’un avis bienveillant de l’Autorité de contrôle[5] sans pour autant pouvoir garantir que l’installation pourra fonctionner comme prévue initialement dans un contexte qui n’a plus rien à voir avec celui qui existait en 2007.

« Dans un contexte économique, énergétique et industriel qui n’a plus rien à voir avec la situation initiale »

Il faut dire que le projet EPR n’a jamais tenu ses promesses comme le reconnaît Jean-Martin Folz dans un rapport public remis à Bruno Lemaire en octobre 2019[6]. « Ecarts », « défaillances » et autres « irrégularités » se sont accumulés au point que d’aucuns reconnaissent que le projet EPR est un « fiasco[7] » tant à Flamanville qu’à Olkiluoto en Finlande n’ont cessé de s’accumuler depuis le début des chantiers[8]. En 2015, les révélations concernant la cuve donnent à la crise de l’EPR une toute autre ampleur donnant à voir non seulement des « malfaçons[9] » mais surtout des mauvaises pratiques indignes d’une industrie qui prétend à l’excellence[10].

Le chantier du prototype de réacteur EPR sur le site de Flamanville qui n’a déjà que trop duré[11] se prolongerait donc jusqu’en 2024 si cette demande n’était pas remise en cause[12]. Dix-sept années de travaux au total pour un réacteur dont personne ne peut dire à ce jour s’il pourrait fonctionner avec toute la fiabilité et la robustesse que l’on est en droit d’attendre d’une installation de cette importance[13].

« Arrêtons les frais et changeons de cap face au changement climatique »

Au regard des vicissitudes de la construction du réacteur EPR[14] et du coût de cette opération[15], il n’est pas déraisonnable de considérer que cette nouvelle prolongation est inutile et dispendieuse. Avec un retard déjà de plus de dix ans et une facture multipliée par bientôt 4, l’EPR n’est décidément pas une bonne affaire[16].

Voilà pourquoi nous adressons cet appel, en écho à la pétition initiée dans la Manche par le CRILAN[17], à toutes et à tous de Normandie et d’ailleurs pour « arrêter les frais ». Mettre un terme à l’aventure industrielle de Flamanville serait un signal fort en faveur de la transition énergétique et industrielle de notre territoire.

Si l’EPR était en mesure de pouvoir fonctionner dans des conditions économiquement acceptables[18], il aurait déjà démarré depuis longtemps. Dans le souci d’éviter un nouveau fiasco industriel après Superphénix, Astrid, Jules Horowitz[19], etc. il est grand temps de signifier la fin de la partie… bien d’autres opportunités pour l’emploi existent ici[20] alors que les chantiers des parcs éoliens en mer commencent[21] et que la rénovation thermique des bâtiments est un défi pour tou(te)s[22].

« Mettons un terme aux dérogations dont bénéficie l’industrie nucléaire »

Tournons la page du nucléaire en renonçant au vain espoir de renouvellement d’une technologie décidément trop chère, trop risquée et inutile. L’avenir énergétique face au Changement climatique est du côté de la maitrise de la demande d’énergie et du déploiement de moyens locaux de production maillés. Ouvrons la voie à une authentique transition énergétique dans l’intérêt de tou(te)s et de la planète… plutôt que de persévérer dans la construction hors de prix qui ne produira jamais l’électricité sûre et bon marché que chacun est en droit d’attendre.

« Monsieur le Premier Ministre entendez la voix des associations qui demandent l’annulation du décret 20 mars 2020 prolongeant de quatre années les délais accordés à la construction de l’EPR »

Appel à l’initiative des associations de Normandie :

Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs, CRILAN, Effet de Serre toi-même !, FNE-Normandie et Nucléaire en Questions

En soutien à l’’action juridique engagée en vue d’annuler la seconde autorisation de prolongation du chantier de l’EPR

Avec le soutien de :

Caroline Amiel (conseillère régionale EELV), Guillaume Blavette (Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs  ), Joel Gernez (Président de FNE-Normandie), Béatrice Hovnanian (Nucléaire en Questions), André Jacques (Président du CRILAN), Yves Lenoir (Président Enfants de Tchernobyl – Belarus), Corinne Lepage (ancienne ministre de l’Environnement), Yannick Rousselet (membre du Haut Comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire), Arnaud Schwartz (Président de France Nature Environnement), Claude Taleb (Conseiller régional EELV), Jacques Terracher (Président de l’ACEVE), Jean-Luc Thierry,

Vous trouverez ci-dessous un ensemble d’éléments justifiants cet appel

 Beaucoup de choses ont été dites sur l’EPR depuis deux décennies en particulier à l’occasion des Débats publics sur Flamanville III puis Penly III puis au fil des déboires du chantier. Associations et experts non-institutionnels n’ont cessé de dénoncer un choix technologique à la fois trop complexe et trop onéreux mais surtout insuffisamment maitrisé et posant des problèmes de sûreté à une échelle inconnue jusque-là.

Nous n’avons pas seulement affaire à quelques aléas comme cela survient fréquemment lors de grands chantiers[23] mais à un « désastre[24] » technologique, industriel[25] et économique. Désastre que tous ceux et celles persuadés de la nécessité de tourner la page du nucléaire prévoyaient dès le début du projet.

« Un réacteur inutile et dangereux[26] »

Dès les années 1990, la volonté de concevoir un réacteur « évolutionnaire », dit de 3e génération, associant les derniers développement réalisés par Siemens en Allemagne et Framatome en France suscite beaucoup d’interrogations. L’intégration de deux modèles industriels pour un projet d’une dimension inédite ne rassure guère. Et beaucoup dès l’origine s’interroge sur la faisabilité même de ce défi technologique alors qu’apparaissent les premiers signes de perte de compétence de ce côté-ci du Rhin. Ainsi l’espoir de renouvellement du parc nucléaire déjà vieillissant prend-il une décennie de retard… non pas tant pour des raisons politiques mais parce que d’aucuns savent que cette espérance sera fort difficile à concrétiser.

epr fiasco

L’affaire de la cuve prouve mieux que toute autre argument qu’il a été bien difficile pour les promoteurs de l’EPR de passer de la théorie à la pratique[27]. Si finalement, le projet est adopté c’est au prix de quelques concessions qui témoignent de sa fragilité. Fragilité économique tout d’abord puisque chacun reconnaît aujourd’hui que le coût de l’EPR a été très nettement sous-évalué[28] pour emporter la décision de l’Etat[29]. Fragilité industrielle ensuite dans la mesure où les viroles de la cuve ont dû être forgées au Japon au vu des réserves sur les capacités de Creusot-forge[30]. La suite n’a fait que confirmer ses doutes amenant l’ASN pourtant si discrète à exprimer publiquement dès le début des années 2010 des critiques sévères sur les capacités technologiques des fournisseurs du chantier[31].

Non seulement la conception mais la mise en œuvre du projet n’inspiraient guère confiance. Il faut dire que l’EPR devait initialement utiliser le très controversé combustible « Mox » contenant du Plutonium récupéré à La Hague lors du traitement des combustibles usés des réacteurs en exploitation[32]. Combustible des plus dangereux comme la catastrophe de Fukushima l’a donné à voir[33]. Combustible très problématique qui peut donner à l’accident nucléaire une dimension hors-mesure à en croire une étude de John Large publiée par Greenpeace en 2007[34]. Combustible abandonné aujourd’hui en particulier en raison des faiblesses du circuit primaire…

Le plus étonnant est, qu’en dépit de toutes les réserves existantes[35], l’autorisation de réaliser le projet ait été accordée…. en attendant la fameuse 4e génération annoncée pour 2020[36]. Ce qui suit est connue. Il y a eu d’abord la consternante affaire du tunnelier[37]. Puis arriva l’affaire des bétons[38], l’entreprise en charge du génie civile se montrant incapable de respecter le cahier des charges proposé. A peine un an après le début des travaux, le chantier se présentait fort mal. En 2009 c’est le système de conduite du réacteur[39] qui fait l’objet de critiques sévères suite à un rapport accablant de l’autorité de contrôle britannique[40]. Au début des années 2010, les premiers doutes sur la qualité des équipements sous pression prévus pour l’installation commencent à soulever quelques doutes[41]. Le « chantier maudit » se poursuit envers et contre tout[42]… La pose du dôme du bâtiment réacteur en 2013 ne réussit guère à éteindre la défiance dont l’EPR et l’objet au point que d’aucuns se rient alors de ces « sous-doués[43] » qui essaient de construire un réacteur nucléaire.

« Un réacteur défaillant »

Tout cela était sans compter les conséquences de la catastrophe de Fukushima. Bénéficiant d’un environnement politique favorable, l’Autorité de contrôle e l’Institut de radioprotection purent enfin dire publiquement ce qui jusque-là ne figurer que dans quelques documents pour le moins confidentiels. Non seulement les évaluations complémentaires de sûreté[44] requises par François Fillion aboutissent à un jugement sévère sur la conception même de l’EPR mais elles entrainent une élévation conséquente du niveau d’exigence sur l’EPR. Les conséquences ne se font pas attendre. D’une part les coûts explosent mais surtout la machine sera bien plus longue à installer[45].

La suite n’est qu’une fuite en avant de l’exploitant qui n’a de cesse de persévérer dans une impasse en dépit du consternant verdict du réel. Le plus grave est que les problèmes changent d’échelle alors. Si jusque là le chantier et sa conduite étaient en cause désormais c’est la qualité même de la machine en cours d’installation qui est mise en cause[46]. En effet la conception comme la fabrication des équipements les plus importants pour la sûreté _ et incidemment pour la production du réacteur _ ne présentent pas les caractéristiques que l’on est en droit d’attendre de tels matériels.

L’affaire éclate sur la place public quand EDF est contrainte d’informer l’Autorité de contrôle que la cuve de l’EPR présente des irrégularités pour le moins préoccupante. La boite de Pandore est ouverte. Non seulement le couvercle et le fond de cuve ne corresponde pas au requis réglementaire mais ils ont été forgés au mépris des meilleures techniques disponibles[47]. L’affaire est d’autant plus grave qu’elle est loin de se limiter à ce seul élément. De nombreux équipements sous pression[48] font l’objet de défaillances plus ou moins importantes[49] au point que l’on parle d’une « rupture irréversible de la confiance dans la sûreté des installations[50] ». Le problème est de taille puisqu’il concerne à la fois la robustesse mais la fiabilité même de l’installation.

epr soudures

Cela n’empêche pas EDF de demander une prolongation des délais impartis pour réaliser l’EPR reportant en 2020 le démarrage du réacteur. Bien évidemment cette autorisation lui a été accordée[51]. Mais c’était sans compter la terrible fatalité qui pèse sur ce chantier et une explosion des coûts qui alarmait déjà la Cour des Comptes… britannique[52]. A peine un an après la prolongation du chantier éclate la crise des soudures[53]. 35% des soudures du circuit secondaires présentent des défauts à en croire Pierre-Franck Chevet[54]. Une fois encore la facture en prend un sérieux coup avec au bas mot un surcoût de l’ordre de 1.5 Md €[55]. Aujourd’hui la résignation semble l’emporter d’aucuns reconnaissant qu’un démarrage ne pourra être envisagé avant 2023… voire 2024. En tout cas une chose est sûre, EDF elle-même ne croit plus trop à l’EPR puisqu’elle se tourne aujourd’hui vers un autre modèle de réacteur pour l’avenir[56].

epr

Toujours est-il que chacun est en droit de se demander si cette crise des soudures n’est pas « la dérive de trop[57] » ? Au moment même où le prix des ENR d’effondre et que la production d’électricité verte ne cesse de croître n’est-il pas temps de renoncer à un pari aussi hasardeux que l’EPR[58] ? Dans le souci de garantir à tous le droit d’accéder à une énergie sûre, fiable et bon marché ne conviendrait-il pas de reconnaître la faillite nucléaire du modèle énergétique français[59] ? Ne serait-il pas grand temps de tourner la page de l’énergie atomique avant qu’un accident fatal ne survienne et ne ruine définitivement nos espérances communes ?

GB 26/05/2020

Notes et commentaires

[1] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041759388&dateTexte=&categorieLien=id

[2] http://crilan.fr/epr-de-flamanville-le-crilan-rejette-la-seconde-demande-de-prolongation-dun-chantier-dont-il-reclame-labandon/

https://www.acro.eu.org/nouvelle-prolongation-de-lautorisation-de-creation-de-lepr-de-flamanville/

[3] https://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-epr/debat/centrale-nucleaire.html

[4] https://www.francebleu.fr/infos/societe/manche-un-delai-supplementaire-pour-finir-les-travaux-de-l-epr-de-flamanville-1485366001

[5] L’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a été saisie en juillet 2019 par le ministre en charge de la sûreté nucléaire pour qu’elle porte un avis sur la demande d’EDF de proroger de 4 ans la durée avant la mise en service de l’EPR de Flamanville.

[6] https://minefi.hosting.augure.com/Augure_Minefi/r/ContenuEnLigne/Download?id=104AF2DA-FA4D-4BED-B666-4D582E2C7A8A&filename=1505%20-Rapport%20Flamanville%20pdf.pdf

[7] https://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-epr/debat/centrale-nucleaire.html

[8] https://www.greenpeace.fr/lepr-entetement-tragique-fiasco-integral/

[9] https://www.asn.fr/L-ASN/Appuis-techniques-de-l-ASN/Les-groupes-permanents-d-experts/Groupe-permanent-d-experts-equipements-sous-pression-nucleaires-GPESPN/(adv-gpe-session-theme)/Centrales+nucl%C3%A9aires/(adv-gpe-session-installation)/Centrale+nucl%C3%A9aire+EPR+de+Flamanville

[10] http://stopeprpenly.org/?p=1050

[11] https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/08/30/l-epr-de-flamanville-chantier-cauchemardesque-pour-edf_5504396_3234.html

[12] https://www.sortirdunucleaire.org/Flamanville-abrogation-autorisation-EPR

[13] https://www.mediapart.fr/journal/economie/dossier/dossier-le-naufrage-de-lepr

[14] https://www.sortirdunucleaire.org/EPR-fiasco-monumental

[15] https://www.sortirdunucleaire.org/Dix-annees-de-chantier-EPR-a-Flamanville-quand

[16] https://www.sortirdunucleaire.org/EPR-de-Flamanville-pourquoi-le-chantier-a-pris-10

[17] http://crilan.fr/epr-de-flamanville-le-crilan-rejette-la-seconde-demande-de-prolongation-dun-chantier-dont-il-reclame-labandon/

https://framaforms.org/opposition-citoyenne-au-demarrage-de-lepr-1553325393

[18] https://www.alternatives-economiques.fr/epr-veut-perdre-milliards/00090691

[19] https://www.usinenouvelle.com/article/avant-astrid-les-autres-rates-de-la-recherche-nucleaire-en-france.N880665

[20] https://www.sortirdunucleaire.org/Etude-sur-les-alternatives-au

[21] https://www.paris-normandie.fr/actualites/en-normandie-l-eolien-en-mer-un-secteur-porteur-pour-l-emploi-OA16439513

[22] https://www.paris-normandie.fr/actualites/en-normandie-l-eolien-en-mer-un-secteur-porteur-pour-l-emploi-OA16439513

[23] https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/manche/flamanville/epr-est-echec-toute-filiere-electro-nucleaire-francaise-nous-devons-tirer-toutes-consequences-1742123.html

[24] http://www.global-chance.org/EPR-l-histoire-d-un-desastre

[25] https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/10/28/une-perte-de-competences-generalisee-le-rapport-folz-dresse-un-bilan-severe-de-l-echec-de-l-epr-de-flamanville_6017201_3234.html

[26] http://www.global-chance.org/2004-L-EPR-est-inutile-et-dangereux

[27] https://www.actu-environnement.com/ae/news/hctisn-historique-cuve-epr-asn-areva-edf-27168.php4

[28] https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/06/24/epr-de-flamanville-visualisez-comment-le-cout-et-la-duree-du-chantier-ont-triple-depuis-2007_5480745_4355770.html

[29] https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/epr-le-nucleaire-a-tout-prix

[30] https://reporterre.net/2-Derriere-le-fiasco-de-l-EPR-les-errements-du-Creusot-sous-la-responsabilite

[31] Voir en particulier ce courrier du 24 juin 2011 signé par Jean-Luc Lachaume accablant pour AREVA [CODEP-DCN-2011-035873]

[32] http://gazettenucleaire.org/important/dossier%20MOX.html

[33] https://journaldelenergie.com/nucleaire/fukushima-des-defis-insurmontables/

[34] https://www.greenpeace.fr/accident-nucleaire-lepr-reacteur-plus-dangereux-monde/

[35] https://www.science-et-vie.com/archives/epr-les-4-erreurs-de-la-filiere-francaise-26806

[36] https://www.actu-environnement.com/ae/news/1467.php4

[37] https://www.usinenouvelle.com/article/epr-a-flamanville-vinci-construction-change-d-outils.N27461

[38] https://www.ouest-france.fr/normandie/flamanville-50340/epr-de-flamanville-le-coulage-du-beton-suspendu-119808

[39] http://www.hctisn.fr/IMG/pdf/irsn_cc_epr_26012010_cle843B58.pdf

[40] https://www.ouest-france.fr/normandie/flamanville-50340/epr-de-flamanville-le-coulage-du-beton-suspendu-119808

[41] https://www.sortirdunucleaire.org/Chantier-de-l-EPR-une-litanie-de-malfacons

[42] http://www.leparisien.fr/economie/epr-de-flamanville-retour-sur-dix-annees-d-un-chantier-maudit-19-04-2017-6866364.php

[43] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-sous-doues-construisent-une-128115

[44] https://www.asn.fr/Controler/Evaluations-complementaires-de-surete

[45] https://www.usinenouvelle.com/article/pourquoi-l-epr-de-flamanville-coute-encore-2-milliards-de-plus.N187286

[46] https://www.lesechos.fr/2017/06/retards-surcouts-et-anomalies-lhistoire-mouvementee-de-lepr-de-flamanville-174710

[47] https://www.franceinter.fr/sciences/cuve-de-l-epr-de-flamanville-l-incroyable-legerete-d-areva-et-edf

[48] https://reporterre.net/IMG/pdf/asn-pre_sentation_a_l_opecst-oct_2016.pdf

[49] http://stopeprpenly.org/?cat=17

[50] https://www.greenpeace.fr/anomalies-et-soupcons-de-falsifications-dans-lindustrie-nucleaire-une-douzaine-de-pays-concernes/

[51] https://www.actu-environnement.com/ae/news/delai-reglementaire-mise-service-porte-avril-2020-28697.php4

[52] http://www.journaldelenvironnement.net/article/l-epr-trop-cher-et-trop-risque-pour-la-cour-des-comptes-britannique,83959

[53] https://www.novethic.fr/actualite/energie/energie-nucleaire/isr-rse/a-10-mois-de-son-demarrage-un-probleme-de-soudure-decouvert-sur-le-reacteur-nucleaire-epr-de-flamanville-145495.html

[54] https://www.lesechos.fr/2017/06/retards-surcouts-et-anomalies-lhistoire-mouvementee-de-lepr-de-flamanville-174710

[55] https://www.actu-environnement.com/ae/news/epr-flamanville-edf-reacteur-soudure-nucleaire-asn-framatome-34182.php4

[56] https://www.asn.fr/Informer/Actualites/Projet-de-reacteur-EPR-Nouveau-Modele-et-de-son-evolution-EPR-2

[57] http://www.leparisien.fr/economie/defauts-de-soudure-de-l-epr-de-flamanville-la-derive-de-trop-25-04-2019-8059923.php

[58] https://www.greenpeace.fr/tres-cher-nucleaire/

[59] https://blogs.mediapart.fr/guillaume-blavette/blog/100114/la-faillite-nucleaire-du-modele-energetique-francais