Les centrales et les poissons ne s’aiment pas d’amour tendre !

L’information a fait grand bruit et a été amplement diffusé par les médias : la centrale de Paluel en Seine-Maritime a du opérer un arrêt de ses installations en raison d’une accumulation massive d’organismes vivants marins dans le chenal et les stations de pompage des quatre tranches en exploitation.

Le sujet est suffisamment sérieux pour que le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs ait cherché à élucider ce menu problème qui a donné à voir l’extraordinaire fragilité des centrales nucléaires littorales.

Les éléments que nous publions ci-dessous sont le résultat de nos investigations. Nous cherchons se faisant à initier un débat entre l’exploitant nucléaire, l’autorité de contrôle et le ministère de la mer soucieux de la protection des milieux et des espèces en particuliers en Manche-Est.