Archives pour la catégorie Vie interne

Dans cette partie retrouvez les informations liées au fonctionnement du collectif ainsi que l’ensemble des compte-rendus

EDF essaie de nous faire croire qu’un accident nucléaire pourrait être maitrisé

Demain aura lieu un exercice de la Force d’action rapide nucléaire (FARN) à Penly. EDF déploiera des moyens de secours pour tester ses capacités à maitriser un accident nucléaire.

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs est satisfait de constater que l’exploitant nucléaire tient un des engagements pris en réaction de la catastrophe de Fukushima. La FARN semble en effet être opérationnelle.

Pour autant la mise en œuvre de ces moyens d’intervention ne peut être considérée comme suffisante. Nous aurions apprécié qu’EDF mette autant d’ardeur à déployer les diesels d’ultime secours et à réaliser le fameux « noyau dur » requis par l’Autorité de contrôle.

L’important face au risque nucléaire n’est-il pas de maitriser ce risque à la source ?

Or aujourd’hui une grande diversité d’éléments amène à considérer qu’à l’issue de trente années d’exploitation voire de quarante années pour les plus anciennes d’entre elles, les centrales nucléaires du parc français sont dans un état nettement dégradé.

EDF a rogné toutes ses marges de sûreté et la robustesse des installations donne à voir des signes évidents de faiblesse que le programme de « Grand carénage » n’a pas réussi à compenser.

La FARN, un modeste pansement sur une jambe de bois

Si la FARN vient à intervenir ce sera donc dans des centrales usées et obsolètes dont l’état réel est mal connu. Des centrales où la capacité des équipements à faire face à des situations accidentelles pose question. Des centrales qui avaient été jugées très sévèrement en 2012 par la Commission européenne à l’issue des stress test demandés face au spectacle de la catastrophe de Fukushima.

Penly un site problématique exposé à la colère de Neptune

Sur certains sites les interventions de la FARN peuvent s’avérer très difficile. C’est en particulier le cas de Penly.

En effet ici l’Hiver, la Manche peut se montrer très violente exposant une centrale construite quelques mètres à peine au-dessus du niveau des hautes eaux à des périls immenses.

La FARN serait-elle en capacité d’intervenir un jour de tempête avec un vent soufflant à plus de 80 Km/h ? Dispose-t-elle des équipements nécessaires pour garantir l’alimentation électrique et la source froide nécessaires au contrôle d’un réacteur ? Pourra-t-elle protéger les équipements auxiliaires des risques de submersion ?

beaucoup de questions se posent. Et ce n’est pas un beau jour d’automne que l’on pourra tester des capacités d’intervention de la FARN en toute circonstance…

Le nucléaire sûr n’existe pas !

contact presse : Guillaume Blavette 06 62 29 50 48

EDF évapore notre avenir à tou(te)s

L’information tourne en boucle dans les médias : « Alors que la France rentre dans ces deux pires jours de canicule lundi 6 et mardi 7 août, EDF se retrouve contraint à moduler la puissance de son parc nucléaire. Ces derniers jours, l’électricien a pris la décision de mettre à l’arrêt quatre des cinquante-huit tranche installées en France. Sont concernées une unité à Fessenheim (Haut-Rhin), deux à la centrale de Bugey (Ain) et un dans celle de Saint-Alban en Isère, a détaillé un porte-parole d’EDF[i]. »

Plus globalement la France nucléaire est à l’arrêt. « Vingt des 58 réacteurs nucléaires français sont à l’arrêt depuis dimanche 5 août, a appris lundi franceinfo auprès d’EDF. Quinze le sont pour des travaux de maintenance programmés pendant l’été, quatre à cause de la canicule : il s’agit du réacteur 1 de Saint-Alban (Isère), des réacteurs 2 et 3 de Bugey (Ain) et du réacteur 1 de Fessenheim (Haut-Rhin). A cause de la chaleur, la température des cours d’eau, utilisés par les centrales pour leur refroidissement, est plus élevée que d’habitude. De ce fait, l’eau rejetée ensuite par les centrales serait trop chaude, ce qui oblige certains réacteurs à stopper ou ralentir leur activités[ii]. »

Regardons ce qu’il en est de plus près et ce que cela révèle sur la filière nucléaire

Lire la suite

image_content_23899562_20180705214646

D’importants travaux aux abords de la centrale de Penly vont se faire aux dépends de la biodiversité

EDF aux abords de la centrale de Penly a déposé une demande de dérogation à l’article L411-1 du code de l’environnement afin de pouvoir réaliser des travaux de désensablage de plage de Saint-Martin-en-Campagne. Ces opérations massives préparées depuis deux ans vont en effet entrainer la destruction de spécimens d’espèces végétales protégées ainsi que la la dégradation du milieu où elles se développent.

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs invite le plus grand nombre à participer à la consultation du publique organisée par la DREAL de Normandie pour demander que les travaux envisagés par EDF soient réalisés dans le respect de la biodiversité et du littoral. Si le désensablement de ce secteur se conçoit, il ne peut se faire aux dépends du site. EDF doit prendre des mesures de protection proportionnées et tout mettre en œuvre pour réduire l’impact de ses activités sur un milieu déjà considérablement abîmés par trois décennies de production électronucléaire.

Vous trouverez ci-dessous des éléments qui vous permettrons de prendre la mesure du projet d’EDF et de ses impacts :

Lire la suite

Conférence-Débat Les Collectivités locales et la transition énergétique

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs engagé depuis sa création en 2009 dans la promotion de la transition énergétique et de toutes les initiatives qui peuvent concourir à diminuer la part du nucléaire organise le 20 juin 2018 avec ses partenaires et amis de l’agglomération de Rouen une Conférence-Débat sur le rôle des Collectivités locales dans la transition énergétique.

Affiche 20 juin

 

A l’issue d’une présentation du scénario négaWatt une table ronde permettra d’envisager ensemble opportunités, leviers et objectifs d’une transition énergétique à l’échelle d’un territoire comme l’agglomération de Rouen.

Venez nombreu(se)x participez à cette soirée pour discuter ensemble de ce qui peut être fait à l’échelle d’un territoire comme la Métropole Rouen Normandie pour mettre en œuvre une transition énergétique soutenable, démocratique et solidaire qui associe la protection de l’environnement et lutte contre la précarité énergétique.

STOP-EPR jette un oeil critique sur le rapport de l’ASN 2017

Comme tous les ans, le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs n’est pas indifférent à la publication du rapport sur la radioprotection et la sûreté nucléaire publié par l’Autorité de contrôle.

Avec l’aide de Laure Barthélémy du Réseau Sortir du nucléaire et de Bernard Laponche nous vous proposons cette année un regard critique sur le bilan dressé par l’ASN et les modalités de communication choisies pour le présenter.

Une fois de plus l’Autorité de contrôle développe un discours rassurant s’efforçant de rassurer ceux et celles qui s’intéressent à la sûreté nucléaire. Pour autant la situation reste « préoccupante » à en croire Pierre-Franck Chevet.

Et pour cause… tout ne vas si bien dans le petit monde du nucléaire.  derrière la façade d’une communication normalisée, l’Autorité de contrôle pointe des problèmes réels et sérieux qui laissent penser que l’avenir de la filière électronucléaire n’est pas simple.