Archives pour la catégorie Activités à la CLIn

A Penly, EDF fait passer ses intérêts économiques avant la sûreté nucléaire

Les informations se suivent et se ressemblent. Derrière une image vertueuse construite à grand coup d’enfumage des inspections de l’Autorité de contrôle, le CNPE de Penly a bien du mal à dissimuler le manque de robustesse de son exploitation. Le tribunal de Dieppe ne s’y est pas trompé et a condamné cette centrale. Aujourd’hui une affaire au demeurant modeste donne à voir qu’entre sûreté et rentabilité, Edf choisit la rentabilité.

Lire la suite

Non à la prolongation de l’Autorisation de création de l’EPR à Flamanville

Depuis quelques heures l’information circulent déjà sur tous les réseaux sociaux. Les grands médias nationaux en font écho. Huit associations, le CRILAN, la CRIIRAD, France Nature Environnement, Greenpeace, l’Observatoire du Nucléaire, Notre Affaire à Tous et le Collectif Stop EPR Ni à Penly ni Ailleurs viennent de déposer un recours en contentieux pour faire annuler le décret d’autorisation de création de l’EPR de Flamanville modifié le 23 mars 2017.

EDF a une nouvelle fois bénéficié d’un blanc-seing de l’Etat pour prolonger pendant 3 années supplémentaires la construction d’un 3e réacteur nucléaire sur le site du CNPE de Flamanville.

En dépit d’un chantier chaotique, de nombreux incidents, d’accidents mortels, de malfaçons et d’irrégularités, l’industrie nucléaire peut poursuivre ses opérations sur le littoral de la manche alors qu’elle ne maîtrise ni les délais, ni les coûts ni la technologie mise en œuvre.

Considérant les modifications apportées à l’installation au cours de dix années de travaux, considérant les doutes anciens sur la qualité des équipements importants pour la sécurité assemblés, considérant la procédure toujours en cours de validation de la cuve, considérant les incertitudes sur le coût du KWh qui serait produit par l’EPR, considérant les risques nucléaires et chimiques auxquels cette installation expose le public et l’environnement, considérant le défaut d’information du public et l’absence d’une concertation digne de ce nom, le Collectif STOP-EPR ni à Penly n’est ailleurs s’est joint à la démarche commune des associations environnementales et antinucléaires pour annuler la décision de Bernard Cazeneuve.

Plus que jamais l’EPR apparaît comme cher, inutile et dangereux

Nous en appelons à la sagesse du juge administratif pour ramener le pouvoir politique et les intérêts industriels à la raison…

Le projet EPR est un chemin qui mène nulle part à l’heure où la maîtrise de consommation d’énergie et la montée en puissance des énergies renouvelables garantissent la sécurité des approvisionnements en électricité à un coût socialement acceptable

contact presse : Guillaume Blavette (06 62 29 50 48)

photo Paluel - Les Echos

6 ans après Fukushima, le nucléaire pollue aussi en France… et c’est pas prêt de s’améliorer

La catastrophe de Fukushima dure depuis 6 années sans que cela ait entraîne ici le sursaut nécessaire. Le nucléaire poursuit tranquillement son activité dans une quasi indifférence qui pose question.

Pourtant chaque jour les centrales déversent dans l’environnement des substances chimiques et radiologiques. Cette pollution invisible et fatale ne peut plus durer alors qu’EDF continue de disposer de généreuses autorisations de rejets et en demande encore.

Pour le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs cette situation est inacceptable. C’est pour cela que nous demandons des prescriptions plus sévères à Paluel et ailleurs qui encadrent strictement les autorisations de rejets demandées par l’exploitant, des garanties fortes qui préviennent des rejets accidentels trop fréquents et surtout la mise en oeuvre des meilleures techniques disponibles pour réduire effectivement les impacts sur l’environnement de rejets trop massifs et trop toxiques .

Dans le souci de convaincre chacun que le nucléaire est une source majeure de pollution, nous vous invitons à prendre connaissance du long exposé qui suit.

Lire la suite

Pour quoi la demande de modification de rejets est prélèvements d’EDF à Paluel est inacceptable ?

Depuis le 27 février 2017 sont mis en consultation sur le site de l’Autorité de sûreté nucléaire trois projets de décisions relatifs aux rejets et prélèvements de la centrale nucléaire de Paluel. 15 jours sont offerts à la société civile et à l’opinion publique pour formuler des avis argumentés sur un sujet complexe des plus problématiques. Ce délai est dérisoire mais il ne doit pas dissuader le plus grand nombre d’aller voir la réalité d’une industrie qui veut polluer en toute impunité. Les quelques informations communiquées au public suffisent pour comprendre que les impacts du nucléaire sur l’environnement sont considérables et se font au détriment des autres activités du territoire.

Lire la suite

Nouveau rebondissement à Paluel

L’Autorité de sûreté nucléaire a publié le 23 janvier 2017 une nouvelle lettre de suite d’inspection qui donne à voir que l’affaire du générateur de vapeur de Paluel est loin d’être terminée.

Alors que le Président de la République, à en croire le Canard enchaîné, a marchandé avec le patron d’EDF la prolongation de la durée d’arrêt autorisé du réacteur n°2 de la centrale de Paluel, nous apprenons que rien ne se déroule comme prévu.

article canard 18 01

Non seulement, les opérations de levage en vue d’évacuer le générateur de vapeur ont entraîné une exposition radiologique de travailleurs :

 » le désencastrement du GVu des platelages posés sur la piscine du bâtiment réacteur s’est avéré plus délicat qu’attendu et qu’il a fallu plusieurs opérations de découpe des platelages posés sur la piscine. Ces interventions menées dans l’environnement proche du GVu ont entraîné une exposition radiologique des travailleurs. »

Mais le document publié par l’Autorité de contrôle donne à voir des pratiques pour le moins surprenantes à Paluel.

Si nous savions déjà que :

 » au cours des premières opérations de manutention de générateurs de vapeur usés, les intervenants ont noté une inclinaison correspondant à une légère rotation du palonnier de manutention autour de son axe le plus long, lors de son utilisation en charge. »

Nous apprenons que :

 » Compte tenu des opérations de manutention du GVu en cours, un entretien a été réalisé avec le pontier dans sa cabine de pilotage du pont polaire. A cette occasion, il a été relevé que l’indicateur de centrage du pont polaire était en dehors de sa plage attendue puisque l’aiguille de ce capteur était en zone rouge et non en zone verte. Ni le pontier, ni vos représentants n’ont pu apporter d’explications. »

Derrière le jargon propre au contrôle de sûreté nucléaire, se cache une information essentielle qui n’est pas sans rapport avec la chute du GV…

serait-ce que le agents en charge des opérations de levage sont distraits ? ou bien reçoivent-ils des consignes pour réaliser ces opérations sans tenir compte des informations communiquées par le matériel utilisé ?

Cette question mérite d’être posée. Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs ne manquera de le faire avec l’appuis juridique du Réseau Sortir du nucléaire.

Par ailleurs, un autre point a attiré notre attention :

 » une pancarte en carton mentionnant « ne pas utiliser la fonction décalage du pont 205 T sans autorisation RGV » était présente dans la cabine du pontier. Cette pancarte a été retirée immédiatement »

qu’est-ce à dire ? serait-ce qu’EDF donne des consignes spécifiques en dehors des inspections ? que signifie ce retrait ? EDF a-t-elle quelque chose à cacher aux inspecteurs de l’Autorité de contrôle ?

Somme toute, voilà un nouvel exemple qui atteste de l’opacité des pratiques de l’exploitant nucléaire. Cela n’est pas acceptable d’autant plus que l’on peut suspecter que de telles irrégularités ne sont pas étrangères à la catastrophe du 31 mars 2016…

Nous exigeons toute la transparence sur la chute du générateur de vapeur, fait jusque là considéré comme impossible…

C’est une question essentielle alors qu’EDF s’apprête à lancer les opérations de « Grand Carénage » sur le réacteur n°3 de Paluel.