Archives pour la catégorie Politique énergétique

Retrouvez ici les articles concernant la politique énergétique

Creusot, la scandale se poursuit et concerne un nombre croissant de composants

Le 17 Juillet 2018, EDF a publié une note relative aux informations communiquées à l’Autorité de sûreté concernant les dossiers de fabrication d’équipements nucléaires réalisés à l’usine du Creusot désormais sous contrôle de l’opérateur énergétique de l’Etat[1].

Sur les 9 250 dossiers de fabrication présents à Creusot Forge : 

  • 6 000 concernent l’industrie nucléaire, dont environ un tiers concerne EDF ; 
  • 1 600 dossiers environ concernent des composants installés sur le parc nucléaire en exploitation.

Cela représente une revue de 30 dossiers en moyenne par unité de production

La vérification de l’ensemble des dossiers de fabrication de ces composants révèle 1.775 anomalies et 449 non-conformités sur les équipements de 46 de ses réacteurs nucléaires en fonctionnement. Avec 94 anomalies et 19 non-conformités pour 34 pièces fabriquées au Creusot, le réacteur 3 du Bugey (Ain) semble être le plus affecté.

2018-07-23 (4)

31 réacteurs concernés par de tels écarts n’ont été l’objet d’aucune décision spécifique de l’Autorité de Contrôle qui à ce jour n’a toujours pas communiqué sur cette nouvelle vague de révélations, épisode de plus dans un long feuilleton qui a débuté au printemps 2015 lorsqu’AREVA a reconnu que les calottes de la cuve du réacteur EPR de Flamanville présentent des caractéristiques dégradées au regard des paramètres requis par la réglementation en vigueur[2].

Ce ne sera jamais que la deuxième fois en 2018, qu’EDF est contrainte de publier des éléments accablants sur la qualité des fabrications réalisées par les usines de Bourgogne :

EDF vient de revoir à la hausse le nombre de défauts affectant ses réacteurs. Le dernier décompte de l’entreprise fait état de 1.063 « anomalies » (soit 553 de plus qu’en septembre 2017) et 233 « non-conformités » (soit 103 de plus) sur les équipements de 23 de ses réacteurs nucléaires en fonctionnement. A cela s’ajoutent 95 anomalies et 16 non-conformités sur les équipements de l’EPR de Flamanville révélées en septembre 2017. Ces résultats sont issus des vérifications effectuées par EDF sur l’ensemble des dossiers de fabrication des équipements en provenance de l’usine du Creusot et installés sur ses réacteurs. EDF a rendu publique cette deuxième vague de résultats jeudi 22 février.

Depuis septembre dernier, EDF a audité onze réacteurs supplémentaires : Fessenheim 2, Paluel 1 et 2, Cruas 2, Cattenom 1 et 3, Blayais 2, Tricastin 1 et 4, Gravelines 4 et Civaux 2. Avec 83 anomalies et 17 non-conformités pour 30 pièces fabriquées au Creusot, le réacteur 1 de Cattenom est le plus affecté. A l’opposé, Gravelines 4 est le moins affecté : 25 anomalies ont été découvertes sur 21 pièces et aucune non-conformité.

Les anomalies correspondent à des constats de non-conformité avec une exigence contractuelle ou réglementaire. Les non-conformités traduisent le non-respect d’une exigence interne à l’usine du Creusot, le fabricant des équipements. « Près de la moitié des constats relèvent du « traitement thermique », c’est-à-dire de la température de la pièce lors du processus de forgeage », rappelle EDF, qui ajoute que « les essais réalisés sur ces pièces par la suite dans le processus de fabrication montrent que ces constats ne remettent pas en cause les propriétés attendues de la pièce et son aptitude à fonctionner en toute sûreté ». Les autres types de constats concernent des valeurs chimiques ou encore des écarts lors des essais réalisés.

@Actu-Environnement, Philippe Collet, 23 février 2018[3]

Le bilan ne cesse de s’alourdir puisqu’avec 1 775 anomalies, le nombre des dossiers préoccupants a presque quadruplé depuis septembre 2017[4]. Le nombre de réacteurs concernés a aussi augmenté de manière non négligeable. Si en 2017 309 composants équipant 12 réacteurs étaient concernés (Chooz 2, Paluel 4, Saint-Laurent 2, Penly 1, Cruas 3, Dampierre 3, Belleville 2, Tricastin 3, Chinon B3, Nogent 1, Gravelines 2 et Bugey), aujourd’hui 46 réacteurs sur 58 sont touchés par un nombre variable d’« écarts » plus ou moins importants. Avec 93 anomalies et 19 non-conformités pour 34 pièces fabriquées au Creusot, le réacteur 3 du Bugey était déjà le plus affecté. A l’opposé, Cruas 3 était le moins affecté : 16 anomalies et 3 non-conformités ont été découvertes sur 18 pièces. Le bilan établi par WISE-Paris donne à voir que l’épidémie s’est répandue et fragilise l’essentiel du parc nucléaire sans épargner aucun palier de réacteur.

2018-07-23 (3)

Les justifications d’EDF n’ont pas pour autant évolué. Depuis deux ans le même argumentaire prévaut : « Près de la moitié des constats relèvent du traitement thermique, c’est-à-dire de la température de la pièce lors du processus de forgeage », explique EDF. Mais cela est bien évidemment sans conséquence pour la sûreté à en croire l’opérateur énergétique de l’Etat. L’entreprise estime que les essais réalisés sur ces pièces au cours de leur fabrication « montrent que ces constats ne remettent pas en cause les propriétés attendues de la pièce ». Les autres constats concernent des valeurs chimiques ou encore des écarts lors des essais réalisés dont les conséquences sur la tenue mécanique des équipements sont toujours minorées voire niées. Et on retrouve les mêmes arguties que sur la cuve de l’EPR : si les marges ont été rognées par ces défauts, elles restent suffisantes…

Cette stratégie de communication couverte par l’Autorité de contrôle ne convainc personne. Le parc nucléaire français se caractérise aujourd’hui par des équipements mal conçus, mal fabriqués dont on ne connaît peu l’état effectif après trois décennies d’exploitation… voire quatre pour les réacteurs les plus anciens. Tout cela ne dit rien qui vaille à l’heure où EDF prétend poursuivre l’exploitation du parc nucléaire au-delà de 40 ans !

« Une rupture irréversible de la confiance dans la sûreté des installations » 

L’ampleur de la crise, même si elle ne remet pas en cause la qualité de tous les composants dont les dossiers ont été expertisés, met en cause la doctrine française de sûreté qui  repose sur le principe fondamental de qualité des composants installés dans les réacteurs.

A l’heure où le gouvernement prépare les Programmations pluriannuelles de l’énergie pour la décennie à venir, il serait très choquant que les doutes sur la robustesse des composants équipant les réacteurs nucléaires ne soient pas pris en compte.

Un état des lieux pluraliste et contradictoire  s’impose, dans les commissions locales d’informations concernées, afin d’établir si les réacteurs où des composants irréguliers sont installés peuvent continuer à fonctionner dans des conditions de sûreté acceptables.

« des mesures d’urgence s’imposent »

Il est impératif que les composants défectueux soient changés au plus tôt afin de garantir des marges de sûreté conformes aux nouvelles exigences internationales selon lesquelles chaque réacteur doit désormais correspondre au référentiel EPR.

En cas d’impossibilité, une seule solution s’impose dans le respect du droit de tou(te)s de vivre dans un environnement équilibré respectueux de la santé publique, à savoir la mise à l’arrêt au moins temporaire de l’installation. L’ASN a su le faire pour Fessenheim 2, il convient aujourd’hui d’étendre la démarche à l’ensemble des réacteurs fragilisés par des composants irréguliers voire défaillants…

notes :

[1] https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/nucleaire/segregation-carbone-et-dossiers-de-fabrication-creusot-forge/dossiers-de-fabrication

[2] https://www.asn.fr/index.php/Informer/Actualites/EPR-de-Flamanville-anomalies-de-fabrication-de-la-cuve

[3] https://www.actu-environnement.com/ae/news/edf-non-conformites-reacteurs-pieces-creusots-30732.php4

[4] Le 14 septembre 2017, EDF annonce avoir découvert 471 « anomalies » et 130 « non-conformités » sur les équipements de douze de ses réacteurs nucléaires en fonctionnement. A cela s’ajoutent 95 anomalies et 16 non-conformités découvertes sur les équipements de l’EPR de Flamanville en cours de construction.

https://www.actu-environnement.com/ae/news/edf-aomalies-non-conformites-equipement-creusot-29652.php4

Conférence-Débat Les Collectivités locales et la transition énergétique

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs engagé depuis sa création en 2009 dans la promotion de la transition énergétique et de toutes les initiatives qui peuvent concourir à diminuer la part du nucléaire organise le 20 juin 2018 avec ses partenaires et amis de l’agglomération de Rouen une Conférence-Débat sur le rôle des Collectivités locales dans la transition énergétique.

Affiche 20 juin

 

A l’issue d’une présentation du scénario négaWatt une table ronde permettra d’envisager ensemble opportunités, leviers et objectifs d’une transition énergétique à l’échelle d’un territoire comme l’agglomération de Rouen.

Venez nombreu(se)x participez à cette soirée pour discuter ensemble de ce qui peut être fait à l’échelle d’un territoire comme la Métropole Rouen Normandie pour mettre en œuvre une transition énergétique soutenable, démocratique et solidaire qui associe la protection de l’environnement et lutte contre la précarité énergétique.

Pour une transition énergétique du territoire

Depuis un an, la Métropole Rouen Normandie a engagé avec aide et conseil du WWF une démarche participative en vue de l’élaboration du volet territoire du Plan Climat Air énergie territorial requis par la Loi de transition énergétique.

L’enjeu n’est autre que d’adapter le territoire aux défis environnementaux et énergétiques du XXIe siècle. Pour ce faire Métropole et WWF préparent une Conférence locale sur le Climat afin que les principaux acteurs du territoire présentent leurs engagements pour tenir les objectifs désormais inscrits dans la loi.

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs affirme aujourd’hui un soutien sans réserve à cette démarche quelles que soient les limites du processus. La réduction des consommations d’électricité envisagée à l’échelle d’un territoire de près de 500 000 habitants est une condition nécessaire à la mutation du modèle énergétique français c’est-à-dire à la sortie du nucléaire, à la réduction structurelle de la pollution atmosphérique et à l’atténuation du changement climatique.

Lire la suite

L’arrêt du nucléaire s’impose !

Depuis le 19 mars 2018, le Débat public sur la Programmation pluriannuelle de l’énergie[i] a commencé dans la plus grande discrétion. Pendant quatre mois vont être débattus les orientations et priorités d’action des pouvoirs publics pour la gestion de l’ensemble des formes d’énergie sur le territoire métropolitain de 2018 à 2023 puis de 2024 à 2028 en application de la Loi de transition énergétique[ii].

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs, persuadé de la nécessité de revendiquer en tout lieu l’arrêt du nucléaire, publie aujourd’hui un Cahier d’acteur à l’occasion de ce débat public.

Dans le souci de justifier notre démarche, vous trouverez ci-dessous un regard sur ce débat public puis le cahier d’acteur en guise de conclusion. D’autres publications plus spécifiques suivront notamment une analyse de la manière dont est traité l’enjeu atomique dans le dossier du maitre d’ouvrage.

Lire la suite

eolien-marin

Eoliennes en mer des deux côtes, un projet en proie à l’opposition résolue du lobby nucléaire

Les débats récents au sein de l’Agence Française pour la biodiversité sur le projet de parc éolien Dieppe – Tréport prouvent que décidément en France le développement des énergies marines renouvelables est difficile. L’exemple du Tréport est probablement le plus emblématique donnant à voir des obstructions qui n’ont cessé de se renouveler depuis une décennie pour bloquer le développement des parcs éoliens en mer. Opposition si résolue qu’aucuns parcs n’est aujourd’hui en activité. 

Cette situation inacceptable montre clairement comment les adversaires de la transition énergétique agissent pour enchainer la France à l’atome n’hésitant pas à se draper d’une vertu environnementaliste qui n’a rien d’écologiste.

Lire la suite