Archives du mot-clé radioprotection

Nouveau rebondissement à Paluel

L’Autorité de sûreté nucléaire a publié le 23 janvier 2017 une nouvelle lettre de suite d’inspection qui donne à voir que l’affaire du générateur de vapeur de Paluel est loin d’être terminée.

Alors que le Président de la République, à en croire le Canard enchaîné, a marchandé avec le patron d’EDF la prolongation de la durée d’arrêt autorisé du réacteur n°2 de la centrale de Paluel, nous apprenons que rien ne se déroule comme prévu.

article canard 18 01

Non seulement, les opérations de levage en vue d’évacuer le générateur de vapeur ont entraîné une exposition radiologique de travailleurs :

 » le désencastrement du GVu des platelages posés sur la piscine du bâtiment réacteur s’est avéré plus délicat qu’attendu et qu’il a fallu plusieurs opérations de découpe des platelages posés sur la piscine. Ces interventions menées dans l’environnement proche du GVu ont entraîné une exposition radiologique des travailleurs. »

Mais le document publié par l’Autorité de contrôle donne à voir des pratiques pour le moins surprenantes à Paluel.

Si nous savions déjà que :

 » au cours des premières opérations de manutention de générateurs de vapeur usés, les intervenants ont noté une inclinaison correspondant à une légère rotation du palonnier de manutention autour de son axe le plus long, lors de son utilisation en charge. »

Nous apprenons que :

 » Compte tenu des opérations de manutention du GVu en cours, un entretien a été réalisé avec le pontier dans sa cabine de pilotage du pont polaire. A cette occasion, il a été relevé que l’indicateur de centrage du pont polaire était en dehors de sa plage attendue puisque l’aiguille de ce capteur était en zone rouge et non en zone verte. Ni le pontier, ni vos représentants n’ont pu apporter d’explications. »

Derrière le jargon propre au contrôle de sûreté nucléaire, se cache une information essentielle qui n’est pas sans rapport avec la chute du GV…

serait-ce que le agents en charge des opérations de levage sont distraits ? ou bien reçoivent-ils des consignes pour réaliser ces opérations sans tenir compte des informations communiquées par le matériel utilisé ?

Cette question mérite d’être posée. Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs ne manquera de le faire avec l’appuis juridique du Réseau Sortir du nucléaire.

Par ailleurs, un autre point a attiré notre attention :

 » une pancarte en carton mentionnant « ne pas utiliser la fonction décalage du pont 205 T sans autorisation RGV » était présente dans la cabine du pontier. Cette pancarte a été retirée immédiatement »

qu’est-ce à dire ? serait-ce qu’EDF donne des consignes spécifiques en dehors des inspections ? que signifie ce retrait ? EDF a-t-elle quelque chose à cacher aux inspecteurs de l’Autorité de contrôle ?

Somme toute, voilà un nouvel exemple qui atteste de l’opacité des pratiques de l’exploitant nucléaire. Cela n’est pas acceptable d’autant plus que l’on peut suspecter que de telles irrégularités ne sont pas étrangères à la catastrophe du 31 mars 2016…

Nous exigeons toute la transparence sur la chute du générateur de vapeur, fait jusque là considéré comme impossible…

C’est une question essentielle alors qu’EDF s’apprête à lancer les opérations de « Grand Carénage » sur le réacteur n°3 de Paluel.

STOP-EPR se prononce contre la modification d’exploitation relative aux prises d’eau et rejets dans l’environnement à Paluel

Le Collectif STOP-EPR salue l’effort d’information du CNPE de Paluel pour expliquer les enjeux et le cadre réglementaire dans lesquels s’inscrit la demande de modification d’exploitation de la Centrale de Paluel[1]. Après une tentative infructueuse début octobre, la consultation du public a pu être organisée dans les conditions spécifiées par la législation en vigueur permettant l’expression du plus grand nombre.

Pour autant, cet effort d’information ne répond pas pleinement à la nécessité de garantir la transparence définie par la loi du 13 juin 2006. Les raisons pour lesquelles l’exploitant propose des modifications en particulier des limites annuelles de rejet des effluents radioactifs liquides et gazeux pour le paramètre tritium ne sont pas expliquées clairement.

La société civile et plus largement les populations exposées quotidiennement aux impacts de l’activité électronucléaire d’EDF ne peuvent émettre aucun avis sur les choix industriels qui déterminent les modifications de l’impact sur l’environnement et la santé publique du CNPE. La participation du public est de fait limitée aux conséquences d’une exploitation qui n’a jamais été soumise à aucune forme de consultation.

Nous doutons des intentions de l’exploitant. Si en effet « ces modifications permettent un ajustement des limites pour mieux répondre aux besoins directs de production électrique de la centrale », nous regrettons que ces « besoins directs » dont nous contestons l’utilité et la nécessité ne soient pas soumis à consultation du public.

Lire la suite

Le Rapport de sûreté de l’ASN

Chaque année, l’Autorité de sûreté publie un imposant rapport sur la sûreté nucléaire et la radioprotection en France. Elle dresse un état des lieux de l’exploitation des installations nucléaires et propose un bilan de son action.

Le 20 avril 2015 a été publié le Rapport relatif à l’année 2014. Des réactions ont été publiées dès sa publication par différents médias. Guillaume Blavette sur blog a mis en évidence « les paradoxes d’un discours et les limites d’une pratique« .

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs après un long travaille d’analyse présente aujourd’hui une lecture plus détaillée de ce rapport et vous propose de de (re)décourvrir les notes et commentaires des rapports des années précédentes :