Archives de catégorie : Activités à la CLIn

Venez nombreux poser vos questions à l’occasion de la réunion publique de la CLIn Paluel-Penly le 10 mars 2016

Conformément aux prescriptions de l’article 123 de Loi de transition énergétique pour la croissance verte, la Commission locale d’information auprès des centrales de Paluel et de Penly organise le jeudi 10 mars 2016, à Grainville-La-Teinturière, à 18 h 30 une réunion publique d’information sur la sûreté nucléaire en Seine Maritime.

flyer 10 mars bis

 

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs et Anti-Nuc Dieppe vous invite à venir nombreux participer à cet événement pour poser des questions aux responsables de la sûreté nucléaire.

Yannick Rousselet, de Greenpeace-France, sera présent à la tribune afin d’exprimer le point de vue du mouvement antinucléaire.

STOP-EPR veut une diffusion en directe sur internet de la réunion publique de la CLIN le 10 mars 2016

Jeudi 10 mars 18h30 à Grainville la Teinturière (15 km de Saint Valery en Caux), la CLIN76 Commission Locale d’Information sur le Nucléaire Paluel-Penly, qui existe depuis 22 ans, organisera une réunion publique relative aux grands travaux de 30 ans (VD3) des 4 réacteurs nucléaires de Paluel.

Les investissements prévus par EDF (à 84% publique) devraient dépasser les 50 milliards d’euros. Paluel est un site pilote complexe, pour tous les réacteurs de 1300Mw atteignant 30 ans d’âge . Il y en a 20 en France et 6 en Seine-Maritime (4 à Paluel près de Saint Valery et 2 à Penly près de Dieppe).

L’ASN, EDF, Greenpeace, l’ANCCLI et Côte d’Albâtre seront présentes à la tribune, encadrées par un nouvel animateur qui aidera le public à poser ses questions. Seront abordées des problématiques économique et financière, technique, énergétique, sociale, communale, régionale et environnementale.

Stop-EPR Penly, membre de la CLIN 76, a demandé la diffusion en direct via Internet et la captation vidéo de cette réunion publique décentralisée, pour une mise en ligne ultérieure. Didier Marie l’avait fait lors d’un chat vidéo le 05 avril 2013 , et Science action, association soutenue par le Conseil Régional, produit une conférence publique en direct tous les mois . Il en coûterait 3.200 euros par la société qui diffusa en direct et enregistra les 13 débats publics de l’EPR Penly 3 en 2010 .

L’IRSN, intéressée par l’idée, nous avait donné son accord verbal et couvrait ce montant en 2014.

Malheureusement, la CLIN76 n’a pas pensé à reconduire cette demande auprès de l’IRSN , tant en 2015 qu’en 2016.

Prétextant des coûts élevés, une audience incertaine et le droit à l’image du public (on peut éviter de montrer les personnes qui ne le souhaitent pas), la nouvelle présidente de la CLIN Paluel-Penly, « hésite » à offrir aux 1,2 million de Seino-marin(e)s et à toutes les populations concernées par ce futur « Grand Carénage », une source d’information importante, essentielle et nécessaire dans le cadre de la loi TSN.

Madame la Présidente semble avoir hérité cet attentisme discret de son prédécesseur, Serge Boulanger . Une attitude récurrente pour le moins déroutante.

En effet, sa mission devrait être de faire connaître la CLIN au grand public et de diffuser au plus grand nombre une information neutre et objective relative à l’activité des 6 réacteurs nucléaires du département de Seine-Maritime, à l’aide d’outils modernes et adaptés.

Il y a bien le site internet et la brochure CLIN-Info distribuée par boîtage dans les deux zones PPI mais le reste du département est « terra incognita ». Cette diffusion était donc l’occasion de se faire connaître à peu de frais.

N’oublions pas qu’en cas de « malheur nucléaire », les maires et des élus locaux avec l’aide de la CLIN, auraient à relayer des informations et consignes auprès de la population du département, bien au-delà de la simple prise de comprimés d’iode, comme trouver des lieux accueillant les déchets, lait, terres contaminés…

La dernière réunion publique remontant à décembre 2013 près de Dieppe , nous aurions aimé qu’après une telle absence et sur un sujet aussi important et engageant pour l’avenir du nucléaire, la diffusion eut été à la hauteur. Nous avons de sérieux doutes à ce sujet.

Une fois de plus une occasion ratée de réconcilier nucléaire, transparence et information de proximité pour un département qui se veut « open data »….

7.570 euros pour la réunion publique en 2015 (qui n’a pu avoir lieu) et 1.770 en 2016…
Informations : www.nanodata.com/sdn76

Une assemblée plénière de la CLIN très furtive

La CLIN Paluel-Penly/Dieppe s’est réunie en séance plénière. Nouvelle présidente et nouveaux  membres : 44 membres et 198.000 euros de budget pour 2015.

Comme d’habitude, les médias n’étaient pas conviés. Il s’est trouvé qu’un communiqué a été diffusé le mercredi précédent et trois journalistes étaient présents en fin de réunion.

A ce jour, nous attendons toujours l’analyse conclusive de l’incident du 05 avril 2012 à Penly. 

« L’IRSN n’a pas encore été en mesure de transmettre à l’ASN les conclusions de son instruction détaillée et transversale concernant les facteurs organisationnels et humains en lien avec l’évènement du 5 avril 2012 à Penly. L’ASN prendra en compte ces conclusions une fois connues. »

Trois ans et demi après un incident sévère sur la centrale nucléaire de Penly-Dieppe, les raisons techniques en sont connues (fuite d’un joint), mais l’origine humaine (organisation, management…) n’ont toujours pas fait l’objet d’une analyse conclusive de l’IRSN.

48 heures pour un crash d’avion et plus de trois et demi ans pour un incident nucléaire !

STOP-EPR et Greenpeace étaient ensemble dans la rue pour rappeler que le nucléaire ne sauvera pas le climat

Alors qu’au Bourget la COP 21 patine, de 14 h à 16 h, le samedi 05 décembre 2015, les associations agissant pour une authentique transition énergétique étaient mobilisées à Rouen.

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs, le Groupe local de Greenpeace et Enercoop Normandie étaient côté à côte pour expliquer au plus grand nombre que le nucléaire ne sauvera pas le climat et rappeler qu’un modèle énergétique 100% renouvelables est possible.

Au même moment Effet de Serre toi-même ! était présent au Salon du Livre de Jeunesse participant aux débats proposés sur la transition énergétique et la nécessaire atténuation du changement climatique.

WP_20151205_14_56_11_Pro WP_20151205_14_59_05_Pro WP_20151205_15_46_00_Pro

réponse de Nicolas Rouly et des candidat(e)s de la majorité départementales au Collectif STOP-EPR

Mesdames, Messieurs les membres du Collectif,

 Le texte relatif à l’enjeu de la prévention du risque nucléaire que vous diffusez à l’occasion des élections départementales a retenu toute notre attention.

Comme vous le soulignez, le Département tient un rôle important en matière d’information des populations sur la sûreté nucléaire.

 La loi place la Commission locale d’information sur le nucléaire (CLIN) est placée sous l’égide de la collectivité départementale. Le président du Département ou un élu départemental le représentant préside la Commission, instance qui rassemble élus locaux et parlementaires, représentants des associations de protection de l’environnement, représentants des salariés ainsi que des personnalités qualifiées, issues des acteurs économiques, des professionnels de santé et de la sécurité civile. Le Département de Seine-Maritime est à ce jour, exception faite d’une subvention de l’Autorité de sûreté, le seul financeur des travaux de la CLIN Paluel-Penly.

 Nous vous remercions de constater le renforcement des actions portées par la CLIN Paluel-Penly sous la présidence de Serge Boulanger, conseiller général du canton de Longueville-sur-Scie. Cela s’est traduit notamment par la mise en place d’une réunion publique d’information complétant ainsi les moyens d’information développés (publication bisannuel, création d’un site internet) et permettant l’expression des habitants. La CLIN met en place ses propres analyses radiobiologiques en s’appuyant sur le Laboratoire agrovétérinaire départemental. Elle entretient un dialogue ferme et responsable avec l’exploitant et une relation de travail partenarial avec l’Autorité de sûreté nucléaire, l’ANCCLI, l’IRSN et l’ensemble des acteurs de la sûreté nucléaire.

 La présidence de la CLIN et les orientations de travail qui sont proposées à ses membres dépendent en effet de l’élection des conseillers départementaux. Et, comme vous le soulignez, c’est bien la volonté d’ouverture, de dialogue, d’approfondissement des domaines de travaux, de sérieux et de respect de tous qui a présidé aux travaux de la CLIN sous cette majorité départementale.

 Nous notons que le projet de loi relatif à la transition énergétique et à la croissance verte actuellement débattu va dans le sens du renforcement des commissions locales d’information sur le nucléaire et de leur action, elle renforce également les obligations de l’exploitant à l’égard de la CLIN. L’adoption de cette loi constituera ainsi une nouvelle étape dans l’affirmation de l’action de la Commission.

 Vous pouvez compter sur notre engagement à poursuivre les efforts engagés pour continuer de développer l’activité et les actions d’information du public conduites par la CLIN, notamment avec des réunions plénières de la Commission que je souhaite rendues publiques. Il reviendra au nouveau bureau de la CLIN de proposer cette évolution de son règlement intérieur.

 Vous soulevez par ailleurs la question du zonage des plans particuliers d’interventions (PPI). Le périmètre de 10 km autour des installations nucléaires, qui, de fait, constitue le périmètre actuel de ces PPI fait légitimement débat. L’ANCCLI a pris position en faveur d’une extension de ces périmètres. L’ASN et l’IRSN ont également émis des observations questionnant la limite des zones de mise en œuvre de certaines mesures particulières de protections des populations face à une situation de crise entraînant l’émission de rejets.

La réunion publique d’information organisée par le CLIN en décembre 2013, consacrée à la gestion d’une crise, a fait écho à ce débat.

 Comme vous le savez, la réglementation ne prévoit pas la consultation de l’assemblée départementale sur les plans particuliers d’intervention ni ne lui donne la faculté d’en délibérer. Un engagement à proposer ou à demander l’inscription d’une délibération relative au périmètre des PPI à l’ordre du jour du futur Conseil départemental ne pourrait donc être suivi d’effet en l’état actuel du Code de la sécurité civile qui régit l’élaboration des PPI.

Cependant, nous considérons ce débat utile. Il doit pouvoir se développer avec la participation active des conseillers départementaux, notamment au sein de la CLIN. Notre engagement va dans ce sens. Les conclusions qui pourraient être adoptées par la CLIN sur cette question seraient utilement relayées auprès des autorités en charge de la protection civile.

Nous avons la conviction que nous devons collectivement continuer de tirer les enseignements de l’accident nucléaire de Fukushima. Les conclusions des évaluations complémentaires de sûreté vont dans ce sens. Mais ce travail doit être poursuivi plus largement en matière de protection civile. Les PPI et leurs zonages correspondent à une concentration et une organisation de moyens spécifiques face à une crise majeure. Ils sont également constitutifs d’obligations à l’égard des communes et des établissements scolaires. Il convient de faire progresser une organisation, une préparation et des mesures spécifiques au-delà de cette zone de 10 km.

Tout en vous remerciant de votre contribution active aux travaux de la CLIN et en saluant celles de l’ensemble de ses membres nous pouvons donc vous assurer de notre engagement pour poursuivre l’approfondissement des travaux de la CLIN, avec les élus. La volonté de conforter la CLIN figure dans notre projet, sur le site www.seinemaritime2015.fr que nous vous invitons à consulter.

Je vous prie de croire, Mesdames, Messieurs les membres du Collectif, en l’expression de mes sentiments distingués.

                                               Nicolas ROULY                                                         & les candidats de la majorité départementale